/news/currentevents

Rouyn-Noranda

Un logement détruit pour des fils

Amélie St-Yves | Agence QMI

Police car on the street

chalabala - stock.adobe.com

Un homme de 27 ans est accusé d’avoir détruit le plafond, les murs et les électroménagers d’un logement pour en revendre le cuivre contenu dans les fils et les tuyaux de plomberie.

Tommy Dupuis avait loué un demi-sous-sol dans un quartier résidentiel de Rouyn-Noranda en Abitibi. Le propriétaire a retrouvé son logement dans un piètre état. Des fils pendaient du plafond, des murs ont été arrachés et les électroménagers ont été démontés.

Le locataire aurait tout détruit pour sortir le cuivre et le revendre.

Du jamais-vu

«Ça fait plus de 12 ans que je suis propriétaire d’immeubles et je n’ai jamais vu une affaire comme ça», dit le propriétaire des Immeubles Abitibi, Cédric Lajoie, qui estime les dommages à 20 000 $.

Selon lui, il faudrait changer la loi afin de permettre aux propriétaires d’entrer dans un logement avec des policiers même si le locataire ne veut pas ouvrir.

Selon lui, la gestionnaire de l’immeuble a pris un gros risque samedi en se rendant seule chez l’accusé pour constater les dégâts après avoir reçu une plainte. Elle croyait avoir ainsi une meilleure chance d’entrer qu’avec un policier.

Locataire armé

Elle a pris des photos tandis qu’il y avait des armes dans le loyer. Le locataire ne semblait pas trop conscient de ce qui se passait, selon M. Lajoie.

«Ça aurait pu tourner au drame, parce qu’en tant que propriétaire, je n’ai pas le droit de forcer l’accès au logement avec un policier», dit Cédric Lajoie.

Ces photos ont permis de porter plainte au criminel. Tommy Dupuis a été arrêté et accusé mercredi de méfaits et de non-respect des conditions. Selon M. Lajoie, c’est plus rapide et efficace au criminel que de passer par la Régie du logement. Les autres locataires n’ont eu connaissance de rien, si ce n’est un voisin qui a eu un problème avec son poêle.

«Tommy a coupé le fil du poêle du voisin. Il a entendu l’autre sacrer. Il a rebranché le fil tout de suite», raconte le propriétaire, en précisant que ça a été mal rebranché.

Passe de cash

Jessika St-Amour, une autre locataire du même immeuble, fréquentait l’accusé depuis un mois et demi.

Elle est descendue le voir vendredi soir pour mettre un terme à la relation. Elle dit qu’elle n’avait pas vu son logement depuis plusieurs semaines et que la dernière fois, il était intact.

«Tous les fils de sa cuisine pendaient du plafond. Il fallait les tasser pour passer. Et lui était assis par terre, dans la pièce du fond de son logement dans le noir», raconte-t-elle.

Elle a ensuite appelé la gestionnaire de l’immeuble et la police.

L’accusé lui aurait dit il y a quelques jours qu’il y avait des fils qui semblaient ne servir à rien dans son logement et qu’il pouvait faire de l’argent avec.

Tommy Dupuis reste détenu et reviendra devant le tribunal le 29 octobre.