/news/world

De la mousse plutôt que du pot médical

Agence QMI

Stefan Fischer/Université de Berne

Une mousse produisant une substance comparable au THC serait plus efficace et moins «buzzant» que son homologue issu du cannabis, selon une étude suisse publiée dans la revue «Science Advances».

L'équipe de Jürg Gertsch, de l'Université de Berne, et d’Erick Carreira, de l'École polytechnique de Zurich, ont mené une étude comparative entre le principe actif du cannabis, le tétrahydrocannabinol (THC), et le perrottétinène, issue de la radula perrottetii, une mousse qui pousse au Japon, en Nouvelle-Zélande et au Costa Rica.

L’étude menée sur des souris indique que cette substance activait les récepteurs cannabinoïdes du cerveau et que son pouvoir anti-inflammatoire était supérieur au THC. Aussi, le perrottétinène serait moins psychoactif que le THC, réduisant ainsi les effets secondaires, comme la faim, la bouche sèche ou le sentiment euphorisant ou, au contraire, d’être «gelé».

«Il est étonnant que seulement deux genres de plantes, séparés par 300 millions d'années dans l'histoire de l'évolution, produisent des cannabinoïdes psychoactifs», a indiqué Jürg Gertsch au «Matin», un quotidien suisse.

L’équipe scientifique a toutefois indiqué que d’autres études devront être menées pour connaître l’étendue des effets secondaires possibles de la mousse.

Le THC est reconnu comme efficace à petites doses contre les douleurs chroniques, les vertiges, les crampes et certaines maladies incurables comme le Parkinson. Le cannabis médical est légal dans 25 pays.