/news/currentevents

Jimmy Accurso suivait les traces de son père

Tué lors d’une violente embardée dans les Laurentides, le fils aîné de Tony Accurso avait rêvé de prendre les rênes de son empire commercial avant son démantèlement dans la foulée des accusations de corruption contre le riche entrepreneur.

James « Jimmy » Accurso se présentait avant tout comme un homme d’affaires diplômé en ingénierie, même s’il s’était relevé les manches sur les chantiers, où son père le traînait dès son plus jeune âge, avant d’en grimper les échelons.

Vers 0 h 45, hier, l’homme de 43 ans se trouvait dans une Tesla modèle S 2016 conduite par son ami Sébastien Varin sur la route 370, à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson.

La voiture aurait fait plusieurs tête-à-queue dans une courbe avant de finir sa course contre une série d’arbres.

M. Accurso serait mort sur le coup, tandis que le conducteur a été sérieusement blessé et était couvert de sang.

Varin, 38 ans, devra faire face à une accusation de conduite avec les facultés affaiblies causant la mort.

Il a été libéré en fin de journée hier sous promesse de comparaître à une date ultérieure. D’autres accusations pourraient s’ajouter.

L’homme d’affaires avait lui-même hérité de la direction de l’entreprise de son père, en 2010, qui comprend le Manoir Saint-Sauveur et le Manoir Victoria, à Québec.

Comme son père

Jimmy Accurso a eu un parcours similaire à celui de son célèbre paternel, commençant très jeune à sillonner les chantiers avec lui.

À l’âge de 13 ans, son père l’avait envoyé étudier dans un collège militaire aux États-Unis. Tony Accurso avait lui-même fréquenté un établissement similaire pendant son adolescence.

L’aîné de la fratrie a commencé à réellement travailler pour l’entreprise familiale à 16 ans, jusqu’à gérer différents projets d’importance au début des années 2000. Cela l’a conduit sur des chantiers de la Baie-James et jusqu’en Algérie.

Il était directeur et vice-président de Simard-Beaudry, la compagnie phare de l’empire familial, lorsqu’elle a été vendue dans la foulée des accusations de corruption qui ont été déposées contre Tony Accurso en 2012.

Depuis, Jimmy Accurso était à la tête de Kolombo Technologies, une entreprise spécialisée en traçage GPS pour les camions lourds.

Vitesse

La sortie de route qui lui a coûté la vie serait survenue à très haute vélocité sur une route en lacet dont la limite de vitesse est de 70 km/h.

L’impact a été suffisamment violent pour compliquer le travail des spécialistes en reconstitution de la Sûreté du Québec qui ont peiné un moment à déterminer la direction vers laquelle se dirigeait la voiture.

Varin, qui demeure à quelques minutes seulement des lieux, aurait fui la scène de l’accident avant d’y revenir après l’arrivée des services d’urgence.

Avec la collaboration de Stéphane Alarie, Michaël Nguyen et Maxime Deland, Agence QMI

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.