/finance/homepage

Tous les employés de la SQDC seront syndiqués

Agence QMI

Dominique Lelièvre/Agence QMI

Une semaine après l’ouverture de la Société québécoise du cannabis (SQDC), les employés des 12 succursales sont tous en voie d’être syndiqués.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), associé à la FTQ, a déposé vendredi une demande d’accréditation pour la boutique de la rue Bouvier, à Québec, la dernière pour laquelle il n’y avait pas encore eu de requête devant le Tribunal administratif du travail (TAT).

En tout, le SCFP et les Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), aussi affiliés à la FTQ, ont chacun déposé quatre demandes. La CSN, elle, en a rempli six, la succursale de Saint-Jean-sur-Richelieu, en Montérégie, étant aussi disputée par le SCFP.

La sixième vise à syndiquer l’ensemble des employés des 12 boutiques. Si le TAT l’approuve, la CSN deviendrait le seul interlocuteur pour l’employeur.

«C’est sûr que tout le monde va être syndiqué, mais on ne sait pas avec qui. C’est un processus qui peut être très long», a laissé entendre Lisa Djevahirdjian, porte-parole du SCFP.

La récente décision de la SQDC de fermer ses boutiques trois jours par semaine, à cause des ruptures de stock, démontre la nécessité pour les employés de la nouvelle société d’État d’être syndiqués, selon Mme Djevahirdjian.

«Il y a des gens qui ont lâché leur "job" pour être à temps plein à la SQDC et qui se retrouvent à temps partiel. Les conditions n’ont pas d’allure», s’est-elle insurgée.

Les différents syndicats ont plusieurs fois rappelé qu’ils trouvaient le salaire des employés, 14 $ de l’heure, insuffisant.

Dans la même catégorie