/news/society

De plus en plus de violence, croient les Canadiens

Christopher Nardi | Le Journal de Montréal

chalabala - stock.adobe.com

La vague d’attentats violents qui sont survenus dans les derniers mois aux États-Unis ne fait pas juste peur à nos voisins du Sud. Les Canadiens croient que leur pays devient de plus en plus violent, selon un sondage obtenu par Le Journal de Montréal.

Pas moins de six Canadiens sur dix croient que le niveau de violence à travers le pays a empiré dans les dernières années, révèle un sondage web auprès de 1503 Canadiens par Léger Marketing pour le compte de l’Association d’études canadiennes (AÉC).

Cette perception est encore plus forte lorsqu’on demande aux Canadiens de commenter le niveau de violence aux États-Unis, où 78 % disent que la situation empire.

 «Les Canadiens ont l’impression que les drames, la violence et le discours qui pousse vers la division qu’on voit de plus en plus ailleurs se passent aussi chez nous. Vu que ça se voit tellement chez nos voisins américains depuis l’élection de Donald Trump, c’est facile de l’imaginer ici», analyse Jack Jedwab, président de l’AÉC.

En guise d’exemple, celui-ci a pointé du doigt les multiples alertes à la bombe visant médias et politiciens démocrates américains la semaine dernière. À ceux-ci s’ajoute l’attentat antisémite le week-end dernier qui a fait une dizaine de morts et plusieurs blessés dans une synagogue à Pittsburgh.

Au Canada, le taux ainsi que la gravité des crimes déclarés par la police au Canada ont chuté de 24 % et 23 % respectivement en 10 ans, selon Statistique Canada. Il faut toutefois souligner qu’ils sont en légère hausse depuis trois ans.

Relation qui empire

En plus d’une augmentation perçue de la violence, les Canadiens sondés croient qu’il y a une dégradation de la situation des immigrants (78 %) et une chute dans le respect des droits de l’homme dans les 20 dernières années (64 %) chez les Américains.

Plus des trois quarts des Canadiens croient que les relations entre nos gouvernements se détériorent, et 51 % croient que cela a aussi un effet négatif sur la relation entre les citoyens des deux pays directement.

«Le profond fossé que nous remarquons aux États-Unis affecte beaucoup l’image que nous avons non seulement du gouvernement américain, mais aussi des Américains en général. Les Canadiens se considèrent comme plus ouverts et gentils comparativement à nos voisins qui dérapent», constate M. Jedwab.