/news/currentevents

Fouille complète de la maison de Josiane Arguin

TVA Nouvelles et Agence QMI

 - Agence QMI

Les policiers de Montréal ont déployé des moyens exceptionnels pour tenter d’élucider la disparition d’une femme qui manque à l’appel depuis deux mois, faisant même appel à des chiens spécialisés en recherche de cadavre.

Josiane Arguin, 34 ans, aurait été vue pour la dernière fois le 1er septembre vers 8h.

La femme originaire de Québec, mais habitant maintenant Montréal aurait quitté sa demeure avec seulement de l’argent en poche. Elle n’a donné signe de vie à personne depuis ce jour.

Disparition de Josiane Arguin à Montréal

PHOTO FOURNIE PAR LE SPVM

Jeudi, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a ratissé la propriété que Mme Arguin et son conjoint louent sur l’avenue Anvers, dans le quartier Parc-Extension.

Des chiens renifleurs spécialisés en recherche de cadavre de la Police provinciale de l’Ontario ont notamment été demandés en renfort, une compétence qui n’est pas disponible ici.

Ils sont entraînés à sentir les odeurs des tissus humains en décomposition sous la terre ou sous les planchers.

Les policiers de Longueuil avaient eu recours à la même escouade en janvier 2017 pour tenter sans succès de localiser le corps de Jian Ping Li et de son poupon disparus depuis trois ans.

Des trous

Le SPVM a aussi creusé à plusieurs endroits à l’arrière de la résidence, en plus de procéder à des analyses à l’intérieur de celle-ci. Des fenêtres ont été bouchées avec des sacs à poubelles, possiblement pour utiliser du Luminol, un produit qui permet de relever les taches de sang, même nettoyées.

Des techniciens en scènes de crime se sont aussi attardés à la voiture stationnée dans l’entrée, une Cadillac CTS, prenant des photos de l’intérieur et récupérant un objet dans le coffre arrière.

Selon nos sources, une fouille sommaire de la maison, avec le consentement du conjoint, avait déjà eu lieu après la disparition.

Le couple, ensemble depuis l’été 2017, a emménagé à cet endroit il y a quelques mois, ont avancé plusieurs voisins rencontrés par «Le Journal».

Ceux-ci n’avaient rien remarqué de particulier jusqu’à ce que les policiers déploient leur poste de commandement mercredi, plusieurs n’étant même pas au courant de la disparition.

Sans écarter un départ volontaire, les enquêteurs des crimes majeurs voudraient s’assurer que toutes les pistes sont explorées, souligne-t-on.

Dans l’avis de disparition de Josiane Arguin, diffusé le 19 septembre seulement par le SPVM, on explique «qu’elle a déjà tenu dans le passé des propos suicidaires et qu’elle pourrait avoir de mauvaises fréquentations».

La famille immédiate de la disparue, qui demeure dans la région de Québec, n’a pas souhaité commenter les récents développements.

Toute pers

nne ayant de l'information au sujet de cette disparition est invitée à communiquer avec le 911 ou avec Info-Crime au 514 393-1133.

Dans la même catégorie