/regional/estduquebec/cotenord

Est-du-Québec

Les compagnies minières attirent beaucoup de travailleurs dans le Grand Nord

Katia Laflamme | TVA Nouvelles

Alors que l'on parle de pénurie de main-d'œuvre partout au Québec, de nombreux travailleurs choisissent encore de partir travailler dans le Grand Nord pour des compagnies minières.

Une trentaine de résidents de l'Est-du-Québec étaient tout sourire vendredi matin à l'aéroport de Mont-Joli.

Leur employeur, l'entreprise Glencore qui opère la mine Raglan dans l'extrême nord du Québec, a décidé d'instaurer un vol nolisé pour ses travailleurs de la région, eux qui devaient se rendre auparavant à Montréal ou à Québec.

«Ça nous permet de sauver un gros trois, quatre heures de route», a dit Alan Francoeur, qui travaille pour Glencore depuis plusieurs années.

Le principe du «Fly In Fly Out» ou le navettage est toujours aussi populaire, et ce, même si ce ne sont pas les emplois qui manquent dans la région.

Outre les salaires très alléchants, plusieurs recherchent aussi ce mode de vie.

La coordonnatrice des communications et des relations externes de Glencore, Céliane Dorval, confirme «que nos employés peuvent gagner facilement plus de 100 000 $ par année en travaillant sur nos installations».

À l'aéroport de Mont-Joli, 400 passagers voyagent chaque semaine en navettage sur les différents vols nolisés. Plusieurs le font pour des compagnies minières.

La directrice de la Régie intermunicipale de l'aéroport régional de Mont-Joli, Carole Duval, affirme qu’il y a une «hausse de 20 % des vols nolisés pour les entreprises dans la dernière année».

Les 150 employés de Glencore qui résident dans l'est de la province dépensent tout de même leurs salaires dans la région, ce qui représente des retombées économiques de 1,7 million $.

 

Dans la même catégorie