/news/currentevents

La famille de la disparue n’avait plus accès à la maison

Elisa Cloutier | Agence QMI

 - Agence QMI

Disparition � Montr�al

PHOTO FOURNIE PAR LE SPVM

Quelques jours après la disparition de Josiane Arguin, un membre de sa famille s’est rendu à la résidence où elle demeurait avec Simon Brind’Amour pour en savoir plus, mais l’homme lui a refusé l’accès.

À LIRE ÉGALEMENT

Le corps de Josiane Arguin aurait été jeté aux poubelles

Selon ce qu’a appris «Le Journal», le conjoint de Josiane Arguin a alors affirmé à la famille qu’elle avait quitté la résidence après «une chicane», avant de claquer la porte.

L’homme de 37 ans a ensuite empêché la famille d’entrer dans la résidence, située au 701, avenue d’Anvers.

Selon ce que «Le Journal» a également pu apprendre, c’est Brind’Amour lui-même qui aurait signalé la disparition de sa conjointe aux policiers le 15 septembre dernier, soit deux semaines après qu’elle a été vue pour la dernière fois.

Le suspect avait également des problèmes de consommation de métamphétamines, selon nos informations.

Onde de choc

La nouvelle a créé toute une onde de choc sur les réseaux sociaux hier, alors que plusieurs proches et amis ont voulu rendre hommage à la victime.

«Elle était tellement souriante. Elle m’a souvent ouvert les portes de son appartement quand j’étais dans le besoin, même si elle quittait pour aller voir ses parents à Québec», affirme Jonathan Benjamin, attristé.

«Qui es-tu, toi, simple humain, à prendre la vie d’une autre personne ? Qui es-tu pour te prendre pour Dieu ou pour le destin ? Qui es-tu pour voler le cœur d’une mère, d’un père et d’un frère?» écrit pour sa part une amie, Sara Allen.

Un an ensemble

Jeudi, un important déploiement policier a été vu dans la maison que louait le couple.

Les enquêteurs ont même mis à contribution une équipe canine spécialisée dans la recherche de cadavre.

Selon Facebook, Simon Brind’Amour et Josiane Arguin étaient en couple depuis le mois d’août 2017.

Dans la même catégorie