/news/law

Mahautière coupable du meurtre non prémédité de sa petite amie

Agence QMI

Jonathan Mahautière a été déclaré coupable du meurtre non prémédité de sa petite amie Gabrielle Dufresne-Élie, dimanche, quatre ans après les faits.

Mahautière, un jeune montréalais de 22 ans, était accusé d'avoir assassiné sa petite amie le 7 juin 2014 en l'étranglant dans un motel de l'est de l'île de Montréal, après que celle-ci lui eut annoncé qu'elle le quittait.

Le jury a finalement rendu son verdict, dimanche, en déclarant l'accusé coupable de meurtre non prémédité au terme de six jours de délibérations.

Gabrielle Dufresne-Élie avait 17 ans au moment où elle a été assassinée. Elle formait un couple depuis deux ans avec Jonathan Mahautière.

Le jeune homme espérait être déclaré non responsable criminellement pour troubles mentaux. «On est surpris de la décision parce que l'on estime que la preuve de trouble mental était suffisante», a déploré son avocate, Marie-Hélène Giroux, en entrevue avec TVA Nouvelles.

Cette dernière a précisé que son client était «un peu sous le choc» à la suite du verdict.

De son côté, la mère de Gabrielle Dufresne-Élie, Marlène Dufresne, a confié à TVA Nouvelles être heureuse du dénouement du procès. Elle a aussi affirmé que ce jugement lui permet de reprendre confiance vis-à-vis du processus judiciaire.

Séparation houleuse

Le jour du drame, les deux adolescents avaient passé la journée ensemble, en allant d'abord au cinéma, puis participer à une thérapie de couple. Tous deux s'étaient retrouvés au motel de la rue Sherbrooke, où le meurtre s'est produit.

Jonathan Mahautière avait lui-même appelé le 911 après l'événement. Au téléphone, il avait semblé plus préoccupé par son sort que par celui de sa victime et avait laissé entendre qu'il méritait «la prison à vie».

Il s'agissait du second procès de Mahautière, puisque le jury n'avait pu s'entendre sur un verdict unanime entre les accusations de meurtre au deuxième degré et meurtre involontaire lors du premier.

Le jury avait, cette fois-ci, accès à une option supplémentaire, soit celle de juger le jeune homme non responsable criminellement en raison de troubles mentaux.

Étant coupable de meurtre, Mahautière écopera automatiquement d'une peine de prison à vie. Le juge devra cependant sur le nombre d'années qu'il devra passer derrière les barreaux avant d'être éligible à une libération conditionnelle.

Les audiences sur la peine devraient avoir lieu à la fin novembre.

Dans la même catégorie