/regional/estduquebec/cotenord

Régie de l'énergie

Baie-Comeau veut accueillir des entreprises en cryptographie

André Normandeau

 - Agence QMI

Le maire de Baie-Comeau défendra les projets de cryptographie qui veulent s’installer dans sa ville devant la Régie de l’énergie mardi.

Le maire Yves Montigny participera aux audiences de la Régie de l’énergie pour fixer les tarifs et conditions de service pour l'usage cryptographique appliqué aux chaînes de blocs.

Lors de sa présentation, le maire Montigny entend expliquer à la Régie qu’Hydro-Québec tient un double discours, en disant à la fois qu’elle est aux prises avec des surplus énergétiques dans le cas du projet éolien Apuiat, mais qu'elle n'a pas assez d'énergie pour alimenter des projets en cryptographie.

«On s’aperçoit qu’Hydro-Québec est dans l’incohérence complète entre les surplus qui fait qu’il n’a pas besoin de projet éolien sur la Côte-Nord et de l’autre côté, il n’a pas assez de mégawatts pour nous permettre de créer des emplois dans notre parc technologique à Baie-Comeau», a dénoncé Yves Montigny.

Le maire argumentera devant la Régie de l’énergie que sa ville ne peut se passer de la création d’emploi généré par les entreprises en technologie de chaine de bloc. Cependant, pour que le projet réussisse, Hydro-Québec doit laisser le champ libre à la municipalité, entre autres pour la distribution d’électricité.

«L’enjeu ici, c’est qu’Hydro-Québec veut garder la main mise sur tout le réseau, y compris le réseau municipal de Baie-Comeau. Pis Baie-Comeau, on a notre propre réseau, on est maitre chez nous. On a signé des contrats avec des entreprises qui acceptent de venir créer des emplois à Baie-Comeau, mais ces contrats-là, on veut qu’ils soient respectés. On ne veut pas qu’Hydro-Québec ait la possibilité de nous les déchirer», a tonné le maire Montigny.

Il estime que le nouveau gouvernement caquiste pourrait venir en aide à Baie-Comeau en signant un nouveau décret pour accélérer le processus.

Le maire a souligné qu’une dizaine d’entreprises en cryptographie attendent le feu vert pour s’installer dans la ville.