/regional/montreal/montreal

Bilan de l’an 1: Valérie Plante veut redoubler d'efforts pour la mobilité

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

 - Agence QMI

La mairesse de Montréal Valérie Plante à l’intention de s’attaquer à l’aide aux commerçants, à l’habitation et au bureau de projet de la ligne rose dans la deuxième année de son mandat, qu’elle a amorcé lundi.

La mairesse est allée lundi matin à la rencontre des Montréalais au métro Bonaventure, serrant les mains des usagers et saluant des employés de la Société de transport de Montréal (STM), un peu comme elle avait fait à la station de métro Square-Victoria-OACI au lendemain de sa victoire en 2017.

À LIRE ÉGALEMENT

Lionel Perez dresse son bilan de la première année de Valérie Plante

Elle a indiqué en point de presse que les priorités de son administration allaient ressortir dans le prochain budget, qui sera présenté jeudi, citant le commerce, l'habitation et la ligne rose.

«On a déjà annoncé le bureau de la ligne rose, on met en place des ressources internes et financières pour soutenir le travail qui doit être fait autour à la Ville, sans mettre de côté le travail de l’Autorité régionale de transport métropolitain. C’est vraiment complémentaire», a-t-elle soutenu, questionnée sur ses engagements de la prochaine année.

«Sur la question de la mobilité, elle essaie de faire beaucoup de pouce sur la ligne rose et le bureau de projet. Elle l’a fait rien que pour cocher la promesse pour sa base d'électeurs. Rien n’a avancé depuis son élection sur cet enjeu. Cela a reculé dans l’approche qu’elle a prise avec le nouveau gouvernement [qui n'en a pas fait une priorité]», a jugé le chef de l’opposition Lionel Perez, qui affirme que l'administration Plante est dogmatique et veut gouverner pour sa base.

Mobilité

La mairesse a expliqué lundi avoir voulu rencontrer les gens dans le métro puisque la mobilité était un enjeu majeur de sa campagne électorale, et maintenant l’une des priorités de son administration.

Elle a assuré vouloir redoubler, dans la prochaine année, les efforts pour la mobilité et la fluidité. «On se rend compte que le réseau est à saturation, a-t-elle indiqué. Les gens en général vont me dire qu’ils comprennent pourquoi il faut faire des chantiers, parce que les routes ou les ponts tombent. Ils comprennent, mais c’est difficile pour eux.»

Son administration veut regarder la possibilité d’échelonner l’échéancier des chantiers différemment dans certains secteurs pour donner un répit à la population.

Valérie Plante s’est d’ailleurs donné la note de 7 sur 10 pour la gestion dans la dernière année des chantiers, qui peuvent affecter la fluidité de la circulation. «On travaille fort pour coordonner cela», a-t-elle soutenu, précisant qu’un grand travail est fait dans les tables de concertation.

Budget à venir

Valérie Plante présentera d’ailleurs jeudi le budget de la Ville pour l’année 2019. Elle a assuré en point de presse que les taxes «ne vont pas augmenter au-dessus du taux d’inflation».

Projet Montréal avait indiqué en campagne électorale ne pas avoir l’intention de hausser les taxes au-delà de l’inflation. En janvier, lors de la présentation du budget 2018, une taxe spéciale de l’eau s’était ajoutée, ce qui a fait grimper les taxes de 3,3 % en moyenne pour les immeubles résidentiels, et de 3 % pour les commerçants.

«L’année dernière, on avait un effort à faire au niveau de la taxe l’eau. Cela a été un geste difficile à accepter. Pour moi c’était la bonne décision», a réitéré la mairesse.

Cette dernière s’est dite fière de ce prochain budget, qui ne sera pas un budget de transition et où «on repart en neuf».

Promesses

La mairesse s’est attribué une note 88 % pour la réalisation de ses diverses promesses de l’an 1, comme la mise sur pied d’une escouade mobilité et la création d’un programme de dédommagement pour les commerçants en chantier présenté en juin et rétroactif au 1er janvier 2016.

Le programme est attendu au dévoilement du budget, et les commerçants n’ont pour l’instant pas encore accès à l’aide. «Il n’y a pas un commerçant qui a reçu un dollar et qui a encore soumis sa demande. Ils font des annonces, font des promesses, mais elles ne se réalisent pas et, pendant ce temps, les commerçants souffrent», a critiqué Lionel Perez.

Revenant lundi sur ses promesses accomplies dans la dernière année, Valérie Plante s’est dite fière d’avoir lancé l’appel d’offres pour l’achat de 300 autobus hybrides et d’avoir bonifié le programme d’accès à la propriété.

Elle aurait aimé que sa promesse de créer un service de permis en ligne se réalise plus rapidement. Selon son administration, une équipe travaille pour offrir cette mesure à partir de 2019 pour une douzaine de types de permis.

Dans la même catégorie