/news/politics

Décès de l'ancien premier ministre Bernard Landry

Agence QMI

L’ex-premier ministre Bernard Landry s’est éteint avant d’avoir pu voir réaliser son plus grand rêve: l’indépendance du Québec. Il est décédé mardi à 11 h 30, à l’âge de 81 ans, a-t-on appris. Il aura toutefois contribué à l’édification d’un Québec moderne.

À LIRE ÉGALEMENT

Bernard Landry: le «dernier des grands»

«À hauteur d’homme», la colère de Landry

Bernard Landry, en bref

Quelques citations de Bernard Landry

«Une décision rapide et erronée» - Bernard Landry

Plusieurs réactions à la mort de Bernard Landry

Né à Saint-Jacques, près de Joliette, en 1937, Bernard Landry a été vice-premier ministre du Québec de 1994 à 2001 puis premier ministre du Québec de mars 2001 à avril 2003.

Son passage à la tête du l’État québécois a entre autres été marqué par la signature de la Paix des Braves, une entente avec le Conseil des Cris sur le développement des ressources du Nord québécois. Il a été chef de l’opposition officielle du 29 avril 2003 au 6 juin 2005, date de sa démission à la suite d’un vote de confiance qu’il avait jugé insuffisant, lors d’un congrès de son parti.

Bernard Landry laisse dans le deuil sa conjointe, Chantal Renaud, et les trois enfants qu’il a eus avec sa première femme, la juge Lorraine Laporte, emportée par un cancer en 1999, ainsi que plusieurs petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Malgré son départ de la politique active, ce témoin privilégié de l'histoire des 50 dernières années du Québec continuait d’intervenir publiquement sur l’actualité politique et/ou économique. Il avait appuyé l’ex-chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau dès l’entrée en politique de ce dernier.

Après avoir quitté la politique, il est devenu conseiller stratégique au sein du cabinet d'avocats montréalais Lapointe Rosenstein, puis professeur à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal. Il a aussi été chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand de l'UQAM et professeur invité à l'École polytechnique de Montréal.

M. Landry a détenu plusieurs portefeuilles ministériels importants sous les gouvernements péquistes de René Lévesque, Pierre Marc Johnson, Jacques Parizeau et Lucien Bouchard.

Il s’est joint au Parti québécois en 1968 et après deux échecs en 1970 puis en 1973, il est élu pour la première fois en 1976 dans la circonscription de Fabre, réélu dans Laval-des-Rapides en 1981, puis défait dans cette dernière circonscription en 1985 alors que le PQ s’était retrouvé dans l’opposition. Il avait alors animé une émission de télévision et enseigné à l’UQAM jusqu’à son retour à Québec en 1994, cette fois comme député de Verchères. Il a été réélu en 1998 et en 2003.

Bernard Landry est diplômé en droit, en économie et en finances. Il a d’abord étudié à l'Académie Saint-Louis (à Saint-Jacques) et au Séminaire de Joliette, avant d’obtenir une licence en droit de l'Université de Montréal. Il a poursuivi ses études à l'Institut d'études politiques à Paris où il a été diplômé en économie et en finances.

Au cours de sa vie, il a été distingué à maintes reprises. Commandeur de la Légion d’honneur, grand-croix de l'Ordre de la Pléiade et décoré de l'Ordre du Mérite de la Bavière, il a aussi été élevé au rang de grand officier de l'Ordre national du Québec pour sa contribution exceptionnelle à la vie québécoise et a reçu le prix Pierre-Bourgault.