/finance/homepage

Débrayage national

Postes Canada: la grève tournante s’étend au Québec

Agence QMI

Les employés de Postes Canada à Rouyn-Noranda, Val-d'Or et La Sarre en Abitibi ainsi que dans les Hautes-Laurentides ont débrayé mardi matin pour la journée dans le cadre de la grève tournante décrétée par leur syndicat.

Ils suivent ainsi l’exemple de ceux du Saguenay Lac-Saint-Jean et de Mont-Joli dans le Bas-Saint-Laurent qui ont entamé une grève lundi à 17h.

D’autres syndiqués ont refusé d’aller travailler mardi matin à Newmarket, Sarnia, Amherstburg, Delhi, St. Thomas et Owen Sound en Ontario. Des débrayages ayant débuté lundi se poursuivaient aussi à Pickering, London, Scarborough et Barrie en Ontario, ainsi qu’à Calgary, Edmonton, Medicine Hat et Lethbridge en Alberta.

Au total, une centaine de localités ont été affectées depuis le début des grèves tournantes le 22 octobre dernier, incluant les importants centres de distribution de Vancouver, Toronto et Montréal.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce sont 250 membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes de Saguenay et d'Alma ont entrepris leur débrayage pour au moins 24 heures.

«Ça fait 31 ans que je travaille à Postes Canada et c'est ma 5ème grève», déplore Vallier Simard, facteur depuis 31 ans pour l'employeur.

«Le gouvernement ne nous respecte jamais et il finit par nous forcer à rentrer au travail.»

Comme leurs confrères à travers le pays, les facteurs du Saguenay-Lac-St-Jean réclament la possibilité de refuser le temps supplémentaire, et surtout, de meilleures mesures de sécurité.

«La taille, le poids et le nombre de colis ont augmenté avec les années», note Rémi Dufour. «On transporte parfois des mini-frigos ou des bibliothèques. Il faut qu'on ait le matériel pour transporter de façon sécuritaire.»

Grève des heures supplémentaires

Les syndiqués ont aussi entamé une grève des heures supplémentaires et doivent refuser catégoriquement de travailler une minute de plus que ce que prévoit leur quart de travail, qu'ils aient ou non fini de distribuer le courrier et les colis du jour, a expliqué le syndicat lundi.

Postes Canada affirme que ces moyens de pression continuent «de causer des interruptions aux activités de notre réseau national intégré».

«Par conséquent, les clients pourraient voir des retards de plusieurs jours», a mentionné la direction de la société d’État fédérale par communiqué, mardi.

Les deux parties négocient le renouvellement de la convention collective en présence d’un médiateur spécial nommé par Ottawa.

- avec la collaboration de Jean Houle

Dans la même catégorie