/news/culture

«Skinfaxi» : quand les artistes s’inspirent des chevaux

Agence QMI

ART-TZARA MAUD-LANCEMENT-SKINFAXI

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Le projet «Skinfaxi», qui se décline en un recueil et une exposition de portraits de chevaux réalisés par la photographe Tzara, était dévoilé au centre d’art Le Livart, à Montréal, mardi soir.

L’ouvrage «Skinfaxi» regroupe une cinquantaine d’images de chevaux croquées par Tzara, et vingt-cinq personnalités québécoises ont été invitées à rédiger un texte en s’inspirant de l’une d’entre elles.

Les plumes de Sophie Lorain, Pierre Bruneau, Emmanuel Bilodeau, Ingrid Falaise, Claude Legault, Fred Pellerin, Luc Picard, Luc Plamondon, Marie-Andrée Poulin, Kim Thúy et Guylaine Tremblay, entre autres, ont ainsi été mises à contribution.

Le livre, publié aux Éditions Goélette, sera en vente ce mercredi 7 novembre. La créatrice à l’origine de l’initiative – qui œuvre comme photographe pour divers médias et compagnies d’ici – a choisi de verser la moitié de ses droits d’auteur à la fondation québécoise Galahad, qui veille au bien-être et à la défense des droits des chevaux.

D’abord présentée en 2017 à la Galerie Arteria de Bromont, l’exposition «Skinfaxi» sera à l’affiche au Livart, à Montréal, jusqu’au 11 novembre.