/regional/troisrivieres/mauricie

Grande fréquence

Une avancée significative pour le train Québec-Windsor?

Jonathan Roberge | TVA Nouvelles 

Montréal en moins d’une heure, à bord d’un train. Ce projet qui ferait sauver énormément de temps aux résidents de la Mauricie pourrait connaître une avancée significative cette semaine.

Les ministres des Transports du Québec et du Canada, François Bonnardel et Marc Garneau, le chef de la direction de VIA Rail et plusieurs autres intervenants du milieu seront réunis à Trois-Rivières vendredi pour une rencontre de travail.

L’Union des municipalités du Québec souhaite s’assurer que le transport ferroviaire puisse rapidement aider le développement de l’économie régionale, désengorger les routes et diminuer l’émission de gaz à effet de serre.

«Un train à grande fréquence: on entend ces trois mots et on vibre déjà!», avait lancé le député de Trois-Rivières, Robert Aubin, en Chambre des communes.

18 ans se sont écoulés depuis le dernier arrêt d’un train de passagers à Trois-Rivières.

Ottawa serait le principal bailleur de fonds de ce projet estimé à cinq milliards de dollars. Le premier ministre Justin Trudeau s’est déjà dit favorable au projet, mais son ministre des Transports a prévenu qu’il faudra trouver du financement privé.

Depuis quelques mois, l’opposition presse les libéraux d’agir. Des milliers de personnes ont signé une pétition disponible au bureau de Robert Aubin.

«Le ministre a commandé des études. Elles sont sur son bureau et il ne se décide pas pour autant», avait-il pesté à une autre prise de parole devant la chambre.

Les libéraux déposeront en mars leur dernier budget avant la prochaine élection fédérale. Ce projet ferait cette fois partie des priorités.

Pas moins de 13 trains passeraient quotidiennement à Trois-Rivières. 500 millions de dollars seraient investis dans la ville pour sécuriser les voies ferrées, construire des viaducs et une nouvelle gare tout près de l’aéroport.