/regional/montreal/lanaudiere

Bernard Landry était resté attaché à ses racines lanaudoises

TVA Nouvelles

Malgré sa grande carrière politique, Bernard Landry est toujours resté attaché à sa région natale, Lanaudière.

C'est à Saint-Jacques-de-Montcalm, une municipalité de moins de 4000 habitants aux origines acadiennes, qu’il a vu le jour. Élevé sur la rue Saint-Jacques, l’ancien premier ministre a déménagé à l'adolescence avec sa mère et ses sœurs dans une maison de la rue Beaudry.

«Ça n’a pratiquement pas changé, souligne Pierre Lasalle, maire de Saint-Jacques-de-Montcalm, au sujet de la résidence. Je me souviens très bien. Moi, je suis arrivé ici, puis je lui ai dit: "Madame Landry! Votre fils est premier ministre." Elle n’était pas tout à fait contente. [...] Elle m'avait souvent dit que la politique lui avait volé son fils.»

À LIRE ÉGALEMENT:

Une ultime grande entrevue de Bernard Landry à TVA

Les funérailles d’État seront célébrées mardi

À quelques rues de chez lui, il y avait Évangéliste St-Georges, son cousin.

«On sentait nous autres, quand on était jeunes, que c'était un leader, se souvient M. St-Georges. Quand on organisait des jeux dans notre jeunesse, c'est lui qui était le boss. Comprends-tu? Ce n’était pas un numéro deux, c'était un numéro un!»

Evangéliste St-Georges était avec Bernard Landry quand il a, à deux reprises, tenté de se lancer en politique dans sa région.

«On a dit: "Écoute, Bernard. Là, je pense que c'est assez. Tu n’as à peu près pas de chances à te faire élire dans Joliette. Ça fait deux fois que tu es battu"», se rappelle son cousin.

Toujours impliqué pour son école

Adolescent, Bernard Landry a fait son cours classique au Séminaire de Joliette, aujourd’hui devenu l’Académie Antoine-Manseau, une école secondaire privée.

L’ancien premier ministre revenait visiter régulièrement l’établissement scolaire. En plus de donner des conférences aux élèves, il était d’ailleurs, jusqu’à tout récemment, le coprésident de la campagne de financement majeure de l’école.

«Chaque fois qu'on lui demandait de venir pour faire une conférence pour les élèves, pour nous aider dans un projet, il venait tout le temps, il était tout le temps présent», relate une élève.

L’Académie Antoine-Manseau a d’ailleurs rendu hommage à M. Landry sur sa page Facebook.

«Le sentiment d’appartenance à son alma mater était exceptionnel, peut-on y lire. Il exprimait régulièrement son attachement à son école [...].L’Académie Antoine-Manseau et sa Fondation sont extrêmement fières et reconnaissantes d’avoir pu travailler avec un homme dévoué, passionné, noble et ayant à cœur l'institution [...].

Souffrant de fibrose pulmonaire, Bernard Landry s’est éteint mardi à l’âge de 81 ans.

Dans la même catégorie