/news/politics

Mort de Bernard Landry

Les funérailles d’État seront célébrées mardi

Pascal Dugas-Bourdon | Agence QMI

 - Agence QMI

Les funérailles d’État de l’ex-premier ministre Bernard Landry auront lieu mardi à 14 h à la basilique Notre-Dame de Montréal, a confirmé le gouvernement Legault, mercredi.

M. Landry sera également exposé en chapelle ardente au Salon rouge de l’Assemblée nationale samedi, puis à Montréal, à la basilique Notre-Dame de Montréal, lundi. Lors des chapelles ardentes, les citoyens pourront témoigner leur respect à M. Landry de 10 h à 18 h.

M. Landry est décédé des suites d’une maladie pulmonaire mardi à l’âge de 81 ans. Dès l’annonce de son décès, la classe politique québécoise – autant ses alliés que ses adversaires politiques – a encensé M. Landry, notamment pour son apport à l’économie et à l'innovation québécoises.

À LIRE ÉGALEMENT

Landry, un défenseur du rôle de l'État dans l'économie

Bernard Landry était le «péquiste idéal», selon Brian Mulroney

Bernard Landry était resté attaché à ses racines lanaudoises

M. Landry a été ministre de l’Économie et des Finances dans le gouvernement péquiste de Lucien Bouchard de 1996 à 2001. Lors de la démission de ce dernier, en 2001, M. Landry est devenu premier ministre, poste qu’il a occupé jusqu’en 2003. Souverainiste convaincu, il est décédé avant de réaliser son rêve le plus cher, soit celui de voir le Québec devenir un pays.

Funérailles d’État

Le premier ministre François Legault avait confirmé mardi que M. Landry aura droit à des funérailles d’État, une initiative que sa famille et ses proches ont approuvée. Les fleurdelisés des organismes et ministères québécois ont immédiatement été mis en berne et le resteront jusqu’au coucher du soleil, le soir de ses funérailles.

Selon le Protocole, les funérailles d’État sont le cérémonial «le plus formel et le plus détaillé» des funérailles officielles que peut organiser le gouvernement du Québec.

Le décorum prévoit que la salle du Conseil législatif de l’hôtel du Parlement, mieux connu sous le nom de Salon rouge, soit utilisée pour exposer le défunt en chapelle ardente, ce qui sera effectivement le cas cette fois-ci. Le public y sera bien entendu invité pour rendre hommage à M. Landry et pour offrir ses condoléances à la famille.

À la demande du premier ministre, le Protocole pourrait également mettre en ligne un registre officiel électronique afin de permettre aux citoyens d’exprimer leurs condoléances à la famille de M. Landry.

De plus, ce sont des agents de la Sûreté du Québec qui porteront le cercueil de M. Landry, lequel sera recouvert d’un drapeau du Québec.

Les Québécois auront l’occasion jeudi de revoir à la télévision l’ex-premier ministre Bernard Landry s’adresser à eux, lors d’une entrevue accordée à TVA, la semaine dernière.

Enregistrée quelques jours avant sa mort, l’entrevue «Bernard Landry, pour l’amour de la patrie» sera diffusée jeudi, à 20 h, sur les ondes de TVA.

Funérailles d’État, funérailles nationales

Les funérailles d’État et les funérailles nationales sont toutes deux organisées au Québec par le Protocole du gouvernement et sont regroupées sous le terme de «funérailles officielles».

Selon le Protocole, les funérailles d’État sont «généralement réservées aux anciens premiers ministres et au président de l’Assemblée nationale». Certains ministres ont également reçu cet honneur.

Les funérailles nationales, quant à elles, sont «réservées aux personnalités qui ont marqué notamment la vie politique, selon une décision du gouvernement». Le cérémonial est habituellement plus simple que pour les funérailles d’État et le drapeau n’est mis en berne qu’une journée. Ce type de funérailles a été célébré à la suite du décès du hockeyeur Maurice Richard et de l’imprésario René Angélil, entre autres.

Les premiers ministres qui ont eu droit à des funérailles d’État (année de décès) :

Maurice Duplessis (1959)

Daniel Johnson (1968)

Pierre Laporte (ministre seulement) (1970)

Jean-Jacques Bertrand (1973)

Jean Lesage (1980)

René Lévesque (1987)

Gérard D. Lévesque (ministre seulement) (1993)

Robert Bourassa (1996)

Jacques Parizeau (2015)