/regional/estduquebec/cotenord

Sillicium

Métaux Canadiens modifie son projet d’usine de Baie-Comeau

André Normandeau - TVA Nouvelles

Métaux Canadiens a présenté mercredi une mise à jour de son projet d’usine de silicium de Baie-Comeau, mercredi midi. Depuis son arrivée en juin à la tête de la compagnie, René Boisvert a modifié le projet.

D’un projet de 72 000 tonnes de ferrosilicium produits avec deux fours et 300 millions $, la compagnie mise plutôt sur une production de 18 000 tonnes de silicium métallique avec un four et des investissements de 150 millions $. Le procédé et le four seront uniques au monde.

L’acheminement du minerai de la mine Langis se fera par traversier-rail et non par barges comme prévu au départ dans le projet d’usine de silicium de l’entreprise Métaux Canadiens.

«Fabriquer du silicium est beaucoup plus difficile, mais comme je disais tantôt, ça ne s’adresse pas au même client. Ce sont des clients qui sont beaucoup plus fidèles et qui ont absolument besoin de silicium», a mentionné le président René Boisvert.

D’ailleurs, l’étude de faisabilité sera lancée cette semaine et elle devrait aider au financement du projet. La mise en service de l’usine est prévue pour 2021. La réduction du projet ne semble pas inquiéter le milieu des affaires de la Manicouagan.

René Boisvert apporte un bagage d’expérience qui les rassure. «Je pense qu’il y a une expertise dans l’entreprise, particulièrement pour monsieur Boisvert, il a une expérience du milieu qui devrait être un élément de succès pour ce projet-là», a affirmé le président de la Chambre de commerce de Manicouagan, Antonio Hortas.

Une étude d’impact pour une deuxième phase de l’usine de Baie-Comeau prévoit être lancée en 2020. Le silicium métallique est entre autres utilisé par les alumineries et la fabrication de panneau solaire.