/regional/quebec/quebec

Protection de l’île d’Orléans

Québec solidaire fait du 3e lien un «enjeu national»

Marc-André Gagnon | Journal de Québec 

Simon Clark / Agence QMI

Craignant de voir l’île d’Orléans «défigurée» par la construction d’un 3e lien entre Québec et Lévis, Québec solidaire sonne l’alarme et souhaite faire de ce grand projet autoroutier «un enjeu national».

Tel que rapporté en primeur dans les pages du Journal, mardi, le ministre des Transports, François Bonardel, a confirmé la nomination d’un nouveau directeur général au bureau de projet sur le 3e lien, qui sera construit dans le secteur est de Québec.

Frédéric Pellerin, un gestionnaire qui œuvre au ministère des Transports depuis près d’une vingtaine d’années, aura également le mandat de superviser les travaux devant mener à la construction du pont de l’Île-d’Orléans d’ici 2024.

Cette modification au mandat du bureau de projet fait craindre le pire à Québec solidaire, qui s’oppose à la construction de ce nouveau lien autoroutier, dont on ignore encore s’il s’agira d’un tunnel, d’un pont ou d’un pont-tunnel.

«L'île d'Orléans est un joyau patrimonial, un joyau naturel», a rappelé en point de presse le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

«De voir, disons, se profiler l'hypothèse selon laquelle l'île d'Orléans serait défigurée par un nouveau lien routier qui la traverserait, c'est inquiétant et ça en fait un enjeu national, pas seulement un enjeu régional», a continué M. Nadeau-Dubois.

Manifestation

Le député de Gouin en a profité pour confirmer la présence des deux nouveaux élus solidaires de la région de Québec, Catherine Dorion (Taschereau) et Sol Zanetti (Jean-Lesage), à la manifestation prévue samedi contre le 3e lien.

«Le 3e lien, nous, ça fait longtemps que notre tête est faite: c'est un mauvais projet, c'est un projet du 20e siècle, ça appartient à une autre époque», a résumé M. Nadeau-Dubois.

En point de presse à son tour, le nouveau porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, Gaétan Barrette, est venu ajouter son grain de sel.

«Est-ce qu'on a consulté les gens de l'île d'Orléans? Moi, je peux vous dire une chose. À l'île d'Orléans, aujourd'hui, d'après les informations que je reçois, très informelle, on n'est pas heureux», a dit le député libéral de La Pinière.

À la sortie du conseil des ministres, le ministre Bonnardel a souligné que les travaux sur le 3e lien et ceux sur le nouveau pont de l’île, attendu par insulaires «depuis longtemps», vont continuer à être menés «en parallèle» et s’est dit soucieux de «l’acceptabilité sociale». «Pour moi, c’est important l’île d’Orléans, le secteur culturel historique et patrimonial», a-t-il assuré.