/news/society

SQDC

Une offre plus adéquate malgré plusieurs produits manquants

Catherine Bouchard | Journal de Montréal

La Société québécoise du cannabis (SQDC) promet une offre «plus adéquate» de cannabis dès jeudi, malgré les difficultés d’approvisionnement. Il faudra toutefois se montrer patient pour obtenir certains produits, comme les huiles, les vaporisateurs et les gélules.

«On n’aura pas l’ensemble de la gamme des produits. Ça, c’est certain. Ça va prendre encore quelques semaines avant que l’on revienne au niveau espéré au départ», indique Mathieu Gaudreault, porte-parole de la SQDC.

Depuis le 29 octobre, les SQDC sont ouvertes du jeudi au dimanche seulement en raison d’importantes ruptures de stock.

«On fait le réapprovisionnement du lundi au mercredi, pour assurer une meilleure disponibilité des produits du jeudi au dimanche», poursuit le porte-parole, ajoutant que les tablettes des succursales sont mieux garnies que la boutique en ligne.

Récemment, la SQDC a indiqué n’avoir reçu que 4% du cannabis commandé et que la pénurie pourrait encore s’aggraver. «L’industrie a beaucoup de difficulté à livrer», rappelle M. Gaudreault.

«Ça va aller en s’améliorant, poursuit le porte-parole. Là, on a des difficultés d’approvisionnement. Pour le premier trimestre, ces difficultés devraient continuer. Après, ça devrait se stabiliser. Mais entre maintenant et ce moment-là, ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’amélioration.»

M. Gaudreault n’est pas en mesure de préciser quelles sortes de cannabis seront plus difficiles à obtenir. Il confirme toutefois que les huiles, les gélules et les vaporisateurs se font plus rares.

«Ce sont des produits qui demandent plus de manutention et de transformation, donc c’est plus difficile de les avoir présentement», souligne-t-il.

Pas de mise à pied

Par ailleurs, le porte-parole indique que tous les efforts sont déployés pour minimiser les impacts de la réduction des heures d’ouverture sur les employés.

«On a à cœur de garder nos employés, lance-t-il. Il y a quand même du travail à faire du lundi au mercredi. On essaie de compresser les horaires.»

Dans la même catégorie