/regional/montreal/montreal

Travaux de l'échangeur Turcot

La fermeture de l'autoroute 20, entrave majeure pour les travailleurs

Matthieu Payen | Agence QMI

L’autoroute 20 sera fermée à compter de jeudi soir et jusqu’à mardi matin au niveau de l’échangeur Turcot, une entrave sans précédent qui force les entreprises montréalaises à trouver des solutions à la congestion pour leurs employés.

«Pour moi, ce sera télétravail vendredi [demain] et lundi», lance Martine Carlin, coordonnatrice marketing et communication de la firme d’ingénierie Hatch.

Mme Carlin habite à Châteauguay et pour elle, comme pour des milliers de résidents de la Rive-Sud et de l’ouest de l’île de Montréal, travailler à la maison est la meilleure solution à l’enfer annoncé sur la route.

L’axe est-ouest de Turcot sera complètement paralysé de demain soir à mardi matin. Ces fermetures auront un impact majeur puisque 140 000 véhicules en moyenne empruntent chaque jour cet axe entre le tunnel Ville-Marie et l’échangeur Angrignon.

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) précise que ces entraves de semaine sont exceptionnelles et qu’elles sont dues à la complexité des travaux, puisque la vieille structure de l’autoroute 15 nord, située à 25 mètres au-dessus du sol, sera mise à terre.

Transport gratuit

En réaction, 12 828 titres de transport ont été offerts gratuitement par le MTQ à 156 entreprises basées à Montréal.

La firme Hatch a sauté sur l’occasion puisque 40 % de ses 650 employés proviennent de la Rive-Sud.

L’entreprise installée à la Place Ville-Marie mise également sur la flexibilité des horaires de travail pour éviter autant que possible les heures de pointe.

Hatch espère aussi que ses employés opteront pour le transport actif, alors que des cours de sécurité à vélo sont offerts à son personnel depuis le début de l’année.

«La direction [de l’entreprise] fait sa part pour limiter les bouchons et le stress des employés», insiste Mme Carlin.

C’est aussi le cas de l’agence d’architecture Aedifica, qui n’a pas attendu les entraves du week-end pour offrir gratuitement à ses 150 employés l’abonnement au transport collectif et l’entretien de leurs vélos.

Chez Desjardins, qui regroupe 10 000 employés au centre-ville, on compte sur un système interne de covoiturage qui met en relation les personnes travaillant au même endroit.

Des bureaux ailleurs

Certaines firmes de conseil, comme Deloitte ou PricewaterhouseCoopers, ont carrément ouvert, dans les dernières années, des antennes à l’extérieur de Montréal pour éviter les cônes orange sur l’île.

Selon Manon Poirier, directrice générale de l’Ordre des conseillers en ressources humaines, ces efforts sont désormais nécessaires pour les entreprises montréalaises.

«Les bouchons créent des retards, de la fatigue et donc une baisse de productivité, dit-elle. Un tiers de nos membres montréalais disent avoir perdu des employés ou des candidats en raison des temps de trajet trop importants.»

Dans la même catégorie