/news/law

Opération Magot

Le fondateur de Guess Jeans aurait emprunté à la mafia

Hugo Joncas | Bureau d'enquête

Archives/Journal de Montréal

Le Montréalais d’adoption Georges Marciano, fondateur de Guess Jeans, se serait tourné vers deux dirigeants de la mafia pour emprunter 325 000 $, a appris notre Bureau d’enquête.

C’est ce que révèlent des résumés de filature policière de l’opération Magot contre le crime organisé, qui peuvent maintenant être rendus publics.

Difficile de savoir si l’ex-collectionneur d’œuvres d’art, de belles voitures et de bijoux a remboursé toutes ses dettes à Leonardo Rizzuto et Stefano Sollecito, dirigeants de la pègre italienne.

En août 2015, les deux caïds se montraient toutefois impatients, selon une conversation que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a interceptée dans le lobby de LHôtel Montréal, le luxueux hôtel de Georges Marciano, où l’homme d’affaires a accroché de nombreuses œuvres de grands maîtres comme Andy Warhol et Joan Miró, dans le Vieux-Montréal.

«Stefano [Sollecito] désire être payé et Georges [Marciano] dit qu’il a déposé un chèque dans le compte de Leonardo [Rizzuto] d’environ 325 000 $, dans un compte au nom d’une compagnie», mentionne l’affidavit d’un policier produit pour obtenir des mandats d’écoute électronique.

Chiffres incorrects

Sollecito répond alors que ces «chiffres sont incorrects». Puis Rizzuto dit «qu’il rencontre des gens au bureau à Loris», en parlant de l’avocat Loris Cavaliere, arrêté en même temps que les deux caïds dans le cadre de l’opération Magot, en novembre 2015.

Les documents ne disent pas s’ils ont réglé leur différend financier, mais un juge aborde ce prêt dans sa décision de 2016 sur la remise en liberté des deux mafieux.

Il mentionne que l’enquêteur au dossier «reconnaît que la transaction entre Leonardo Rizzuto et l’homme d’affaires Marciano ne peut être qualifiée de transaction criminelle et qu’elle apparaît légale», sans donner de détails.

À cette époque, l’ancien magnat du jean délavé sortait d’un long conflit avec des créanciers américains. En 2013, d’anciens employés étaient parvenus à faire saisir ses actifs montréalais pour se faire payer une dette de 86 millions $ US, après avoir obtenu un jugement contre lui pour diffamation et «grave souffrance morale».

Le fondateur de Guess Jeans n’a pas voulu expliquer son emprunt à Rizzuto et Sollecito.

«M. Marciano n’a pas de commentaires à faire», dit un de ses avocats contactés par notre Bureau d’enquête, Quentin Leclercq.

Son ancien employé, Donato Trafficante, qui était aussi présent à cette rencontre avec Rizzuto et Sollecito, selon le document policier, assure qu’il n’en garde aucun souvenir.

«Je n’ai jamais entendu parler d’argent qu’il leur aurait emprunté, dit-il. M. Marciano n’a rien à voir avec eux.»

Georges Marciano et Donato Trafficante n’ont jamais fait l’objet d’accusations en lien avec l’opération Magot, qui a permis la condamnation du caïd Gregory Woolley à une peine de huit ans de prison pour trafic de cocaïne.

Qui est Georges Marciano ?

1947

Naissance en Algérie. Il grandit en France.

1981

Il quitte Marseille pour s’installer à Los Angeles, où il fonde Guess Jeans avec ses frères.

1993

Il leur vend ses parts pour 240 millions $ US.

2007

Il intente une poursuite de 400 millions $ US et dépose des plaintes criminelles contre d’anciens employés qu’il accuse de l’avoir volé. Il perd.

2007 à 2009

Il achète pour plus de 80 millions $ d’immeubles au Québec, surtout dans le Vieux-Montréal.

2009

Ses employés obtiennent des jugements pour diffamation et «graves souffrances morales» contre lui, totalisant plus de 260 millions $ US. Ils seront ensuite diminués à 86 millions $ US. Marciano transfère le gros de sa fortune à Montréal.

2012 à 2015

Il revend le gros de ses immeubles montréalais, à perte.

2013

Un jugement de la Cour supérieure du Québec confirme la saisie de ses biens pour garantir le paiement de ses créanciers américains.

plus de 80 millions $ en immeubles historiques dans le Vieux-Montréal ;

un diamant à 25 millions $ US ;

35 millions $ US en œuvres d’art de grands maîtres, comme Warhol, Miró et Botero ;

9 millions $ US en bijoux, montres et voitures, dont dix Ferrari et deux Rolls–Royce.

Août 2015

Leonardo Rizzuto et Stefano Sollecito s’inquiètent d’un montant d’au moins 325 000 $ qu’ils ont prêté à Georges Marciano, selon un document de la Gendarmerie royale du Canada déposé en cour.

Novembre 2015

Les deux caïds sont arrêtés dans le cadre de l’opération Magot visant le crime organisé.

Dans la même catégorie