/news/currentevents

Abattu dans La Petite-Patrie

Un client de «El Chapo» liquidé à Montréal

Éric Thibault et Félix Séguin | Bureau d'enquête

Le Montréalais froidement assassiné dans un restaurant de La Petite-Patrie, mardi soir, était un client du dangereux cartel mexicain dirigé par «El Chapo», le narcotrafiquant le plus puissant au monde.

C’est ce que «Le Journal de Montréal» a appris de sources bien au fait des activités criminelles dans lesquelles trempait Philipos Kollaros, criblé de balles au Café Cubano, sur la rue Beaubien, à Montréal.

Originaire de la Colombie-Britannique, cet importateur de cocaïne qui résidait dans un luxueux condo au centre-ville de Montréal avait «de forts liens d’affaires avec le cartel de Sinaloa», selon nos informations.

Dirigé par le célèbre caïd mexicain Joaquin «El Chapo» Guzman, ce cartel est le plus prolifique fournisseur de drogue du continent nord-américain.

Coïncidence ou pas, Kollaros a été éliminé alors que le procès de Guzman venait à peine de s’ouvrir à Brooklyn. Le gangster, surnommé «Le Courtaud» en raison de sa petite taille, est accusé d’avoir exporté pour plus de 14 milliards $ de stupéfiants aux États-Unis et d’avoir commandité 37 assassinats.

 

Contacts privilégiés

Grâce à ses contacts privilégiés, Kollaros a pu «négocier directement avec le cartel de Sinaloa» et avoir accès à des quantités «énormes» de cocaïne, selon nos sources.

Les policiers l’ont déjà observé plusieurs fois à Montréal avec des gens liés à ce cartel, dont l’ex-conjointe d’un coaccusé d’«El Chapo», le Colombien Hildebrando «Alex» Cifuentes.

Détenu aux États-Unis, ce dernier est l’une des têtes dirigeantes du clan Cifuentes Villa qui, d’après le FBI, est devenu le principal fournisseur de cocaïne du cartel de Sinaloa en Colombie, après avoir collaboré avec le défunt caïd Pablo Escobar.

Mais les liens entre Kollaros et le cartel mexicain pourraient s’être rompus depuis une série de rafles policières coûteuses et la saisie de 220 kg de coke destinés au Canada à bord d’un voilier dans les Caraïbes, entre 2013 et 2015.

Deux présumés complices de Kollaros, piégés par la GRC et la police de Toronto, ont d’ailleurs été assassinés durant cette période, en Ontario et en Colombie-Britannique.

En avril 2015, Kollaros a été épinglé avec 12 suspects au Québec et ailleurs au pays, dont l’ex-planchiste olympique Ryan James Wedding, pour avoir comploté l’importation de plusieurs tonnes de cocaïne au pays.

«Sous le radar»

En décembre dernier, il est sorti de la prison de Rivière-des-Prairies après deux ans et demi de détention. Il était toujours sous le coup d’une probation de trois ans quand un tueur a fait de lui la 25e victime de meurtre de l’année à Montréal.

Selon nos sources, les cartels mexicains sont discrets, mais «très présents» au Canada depuis 2010.

Ils profiteraient aussi de l’annulation par le gouvernement Trudeau du visa obligatoire pour les Mexicains qui souhaitaient entrer au Canada depuis 2009. Les cartels ne se gênent plus pour envoyer à Mont¬réal leurs émissaires qui «passent sous le radar» des autorités plus aisément.

Dans la même catégorie