/news/currentevents

Religion

Des voleurs partent avec les cloches d’une ex-église

Axel Marchand-Lamothe | Agence QMI

Des voleurs de métaux ont subtilisé récemment deux cloches d’une ancienne église, soulevant l’ire de citoyens qui craignent la disparition des derniers vestiges du cœur de Montréal-Est.  

« Les cloches, c’est tout ce qui reste de la seule église de Montréal-Est. Il ne subsistera plus rien. C’est vraiment dommage », déplore Maurice H. Vanier, l’ancien président de la Commission citoyenne pour la sauvegarde municipale de l’église Saint-Octave.  

Photo Amélie Pineda

Le clocher qui était détaché du lieu de culte avait été démonté en 2017 à la suite de la vente du bâtiment, voué à la démolition.  

Depuis, les cinq cloches et une partie de la structure étaient entreposées dans la cour du garage municipal en attendant d’être « remises en valeur ».  

Des malfaiteurs ont profité de la noirceur dans la nuit du 30 au 31 octobre pour s’introduire sur le terrain en bordure du boulevard Marien et dérober les deux plus petites, pesant entre 400 et 850 kilos.  

Selon toute vraisemblance, elles auraient été découpées sur place avant d’être emportées.​  

Photo courtoisie

À la ferraille  

Le prêtre à la retraite s’est battu de nombreuses années pour sauvegarder la mémoire de l’église érigée en 1957, mais désacralisée en 2015.  

« Chacune des cloches avait été nommée et payée par des donateurs de la municipalité. Cela traduit le manque de culture et de sens patrimonial », affirme M. Vanier.  

Leur valeur chez les ferrailleurs pourrait atteindre jusqu’à 7000 $ selon la qualité du cuivre utilisé. Mais tout indique qu’elles ont été conçues avec un alliage de métaux.  

La saga de l’église Saint-Octave remonte à plus de 10 ans, alors que l’archevêché et la Ville de Montréal-Est avaient amorcé des pourparlers pour la vente de l’édifice.  

La municipalité a finalement acquis le terrain et le bâtiment situés en bordure de la rue Notre-Dame Est, en 2011, pour 500 000 $.  

L’ensemble a été revendu pour le même montant à un promoteur immobilier pour être définitivement démoli en juillet 2017, pour faire place à des condos.  

Échec  

« On a essayé d’en sauver le plus possible, sans grand succès », rappelle M. Vanier, qui a aussi été le dernier maire de la municipalité de Pointe-aux-Trembles.  

Les vitraux ont été cédés à la pièce aux enchères, notamment.  

Les cloches devaient être relocalisées au parc Henri-Leroux au coin de la rue Notre-Dame et de l’avenue Broadway, cet été.  

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a ouvert une enquête pour tenter de retracer les deux pièces. Les caméras de surveillance n’auraient toutefois pas permis d’identifier de suspects.   

►Toute information peut être transmise au poste de quartier 49 du SPVM, au 514 280-0149.