/finance/homepage

Desjardins

Fraudée de milliers de dollars grâce à un stratagème complexe

TVA Nouvelles

Une femme de la Montérégie a été victime d'une fraude de plusieurs milliers de dollars. Elle est tombée dans un piège particulièrement bien ficelé.

La victime, qui veut garder l'anonymat, attendait depuis le 25 octobre dernier sa nouvelle carte bancaire. 

Jeudi matin, une personne se présentant comme un employé du service contre la fraude de Desjardins la contacte pendant qu'elle conduit. Elle répond sur son téléphone mains libres.

«Lorsque j'ai commandé ma nouvelle carte de débit, j'ai fait en même temps un changement d'adresse. Donc, ç'a dû sonner une cloche. C'est ce qui fait que mon dossier est au centre antifraude», raconte-t-elle.

Il lui pose quelques questions, dit-il, pour vérifier son identité. Il ne parle toutefois pas de son numéro d'assurance sociale. On lui explique que sa carte arrivera par messagerie.

Le fraudeur lui a demandé de composer son numéro d'identification personnel (NIP) afin, lui dit-on, de pouvoir crypter la nouvelle carte. Comme elle conduisait, elle a dit ne pas pouvoir le faire.

«"Oui, mais vous ne pouvez pas me le dire à haute voix?!" [...] Donc, je compose et, finalement, je raccroche. Et on me dit: "On vous envoie votre carte"», ajoute-t-elle.

Les fraudeurs ont facilement décodé le NIP et se sont rendus dans un guichet automatique de Saint-Jérôme et sont partis avec 4000 dollars en deux heures.

Desjardins nous a expliqué que cette dame a été victime d'un scénario très bien élaboré par un groupe bien organisé. Elle remboursera la victime. Maintenant, ça pose toutes sortes de questions.

«Comment ils ont pu réussir à me joindre sur mon téléphone cellulaire, en ayant seulement en main une carte de débit?», se demande la victime.

Mais également où la carte a-t-elle été interceptée entre son émission et la livraison? La victime assure qu'il est impossible que son courrier ait été dérobé.

Un expert en cybersécurité croit qu'il est possible que cela vienne de l'intérieur. «Ils ont accès à l'information! Alors, ça serait fou, des fois, de ne pas en profiter. C'est une drôle de façon de le dire, mais c'est la façon dont ils attirent les gens, les corrompent à l'intérieur de ces organisations-là», explique Steve Waterhouse.

La morale de l'histoire, elle qu'il ne faut jamais divulguer son NIP. Jamais une institution financière ne va le demander.