/regional/quebec/quebec

Appel d'offres

Le pont de l’île d’Orléans passe en mode concret

Stéphanie Martin

 - Agence QMI

ARCHIVES/AGENCE QMI

Le projet d’un nouveau pont pour l’île d’Orléans passe en mode concret avec le lancement d’un appel d’offres pour des services en ingénierie.

Le ministère des Transports (MTQ) a publié mercredi un appel d’offres pour dénicher des professionnels qui «supporteront le Ministère dans toutes les décisions d’ordre technique touchant l’ingénierie des ponts à haubans dans le cadre du projet», lit-on dans le devis.

Jusqu’ici, le MTQ était en mode planification, alors que ce contrat marque un tournant vers l’ingénierie et la réalisation.

L’appel de propositions a été publié le 7 novembre. C’est le jour même où le nouveau ministre des Transports, François Bonnardel, a annoncé la nomination de Frédéric Pellerin comme nouveau directeur du bureau de projet du troisième lien.

M. Bonnardel avait en même temps révélé que M. Pellerin superviserait aussi la construction du nouveau pont de l’île d’Orléans.

«En parallèle»

Il avait assuré que les deux projets se feraient «en parallèle». Le futur pont à haubans doit être inauguré en 2024.

Ainsi, avec la publication de cet appel d’offres, le MTQ franchit une étape importante et confirme que le projet du pont de l’île continue de suivre son cours, indépendamment du projet de troisième lien.

La firme d’ingénieurs retenue accompagnera le Ministère tant dans la planification que dans la réalisation du projet.

L’équipe devra être composée d’un chargé de projet, d’un expert en conception de ponts à haubans et d’un autre en construction de ce type d’infrastructure, d’un expert en géotechnique et d’un estimateur en coûts de construction.

Coûts

À ce stade-ci, les coûts ne sont pas encore connus. Ils seront précisés à l’étape du dossier d’affaires. On sait cependant que le projet se chiffrera à plus de 100 millions $.

Les ingénieurs devront notamment conseiller le Ministère dans la révision de l’estimation des coûts du projet.

L’emplacement demeure tout juste à l’ouest du pont actuel. L’appel d’offres précise aussi qu’étant donné la «valeur patrimoniale très élevée» du vieux pont, on pourrait envisager de le garder debout pour «un nouvel usage».

Le Ministère n’a pas commenté l’appel d’offres.