/regional/estduquebec/gaspesie

Newport

Une ville gaspésienne baigne dans ses eaux usées

Louis Laflamme | TVA Nouvelles

Depuis quelques temps, des citoyens du secteur de Newport, en Gaspésie, vivent des refoulements d’égouts récurrents et doivent faire preuve d’imagination pour, entre autres choses, faire leurs besoins.  

Ces résidents en ont assez, si bien que certains d’entre eux sont sortis dans la rue, jeudi, pour faire entendre leur mécontentement à la Ville de Chandler. Des toilettes chimiques sont installées à l’extérieur des maisons, à la fois en guise de contestation, mais également parce que ces citoyens doivent tout de même faire leurs besoins à quelque part.  

«Les gens sont enfermés dans leur maison en train de ''sniffer'' les odeurs d’égouts de tout le monde en haut de la côte. Ils font [leurs besoins] dans le petit pot dehors. Ça n'a pas de bon sens», explique le citoyen Guy Quirion.  

«On se ramasse avec de l’eau dans la douche, il faut siphonner tout ça. La toilette, on ne peut pas aller dessus. Je ne peux pas laver mon linge non plus», ajoute sa voisine, Marjolaine Smith.  

Ces troubles d’égouts apportent leur lot de problèmes, qui peuvent aller bien au-delà du petit pot à l’extérieur. «Il y en a plusieurs qui me disaient de vendre. Je ne peux pas vendre mon problème à quelqu’un d’autre! Je suis bien ici, c’est mon chez-moi», affirme Mme Smith, visiblement exaspérée.  

«Là, c’est contaminé. Il va falloir décontaminer après. Si je passe ça à mes assureurs, ils vont m’augmenter de 1000$, 1500$ par année, comme ils ont fait à plusieurs gens ici», indique Guy Quirion.  

Problème à l’étude  

Les solutions se font rares, complexes et, vraisemblablement, coûteuses, selon le directeur général de la Ville de Chandler, Roch Giroux.  

La Ville de Chandler se voit assise entre deux chaises. D’un côté, ils doivent trouver une solution rapide, et de l’autre, elle doit être durable. L’option du rejet des eaux usées n’est pas envisageable, pour des raisons environnementales. En plus, Chandler doit se plier au règlement québécois d’assainissement des eaux d’ici 2020.  

«Si c’était un problème simple à corriger, il serait déjà réglé», explique Roch Giroux.  

D’ici là, la Ville de Chandler va de l’avant avec des travaux temporaires pour éviter les refoulements. Elle souhaite aussi rassurer les citoyens du secteur de Newport que le dossier est à l’étude.