/news/culture

«L'Académie»

À la découverte de Léa Roy!

Nathalie Slight | Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Elle est la lumineuse Agathe dans la série «L’Académie», la sombre Manu dans le film «Wolfe» et lorsqu’elle n’est pas sur des plateaux de tournage, elle étudie à temps plein en communications et dévore des romans dans ses temps libres. Rencontre avec la talentueuse Léa Roy.

Léa, tu as commencé ta carrière en jouant dans l’émission jeunesse «Tactik».

Les gens font rarement le lien, puisque j’avais les cheveux courts: un style totalement différent de celui que j’ai aujourd’hui! (rires) J’ai campé Zoé Rouleau dans «Tactik» sur une période de trois ans. Ce fut une magnifique expérience puisqu’en plus de découvrir le métier de comédienne, je me suis fait des amis qui sont encore présents dans ma vie aujourd’hui. D’ailleurs, Juliette Gosselin, Laetitia Isambert-Denis, Rémi Goulet et Antoine Desrochers étaient de la distribution de «Tactik», et aujourd’hui, nous travaillons ensemble dans «L’Académie»!

Justement, la deuxième saison de «L’Académie» est présentement offerte sur Club Illico.

Retrouver ses amis pour tourner une formidable histoire écrite par Sarah-Maude Beauchesne dans le décor paradisiaque qu’est l’abbaye d’Oka, on ne peut pas demander mieux! Les personnages vivent des petits drames personnels, mais il s’agit d’abord et avant tout d’une série réconfortante, et c’est exactement l’atmosphère qui règne sur le plateau.

On peut te voir présentement au cinéma dans un tout autre univers, celui du film «Wolfe». Tu incarnes une fille sombre, renfermée et déprimée.

La première chose que j’ai demandée au réalisateur Francis Bordeleau, lorsqu’il m’a annoncé qu’il m’avait choisie pour incarner Manu, c’est: «Pourquoi moi?» La première fois que Francis m’a rencontrée, c’était au Festival Fantasia. Je portais une jolie robe, j’avais un large sourire, j’étais en compagnie de mes amis... Bref, tout le contraire d’une fille renfermée sur elle-même. C’est justement pour cette raison qu’il m’a confié ce personnage: il trouvait le contre-emploi inspirant.

Donc, dans la vie, tu ressembles davantage à ton lumineux personnage d’Agathe dans «L’Académie» qu'à la sombre Manu de «Wolfe».

J’ai indéniablement plus d’Agathe en moi, mais j’ai quand même mes petits côtés Manu, c’est-à-dire que je suis une fille très sociable, mais j’ai besoin de mes moments de solitude. Je pense que ça vient du fait que je suis enfant unique. Je n’ai pas besoin d’être constamment entourée. Avec un bon livre, je ne me sens jamais seule.

Lis-tu beaucoup?

J’étudie présentement en communications à l’Université Concordia. Avec ma mineure en littérature française, j’ai redécouvert le plaisir de lire. Je viens de terminer «Voyage au bout de la nuit», de Louis-Ferdinand Céline, et je lis actuellement «Un amour de Swann», de Marcel Proust: des romans corsés, mais de grands classiques! Lire me donne envie... d’écrire! Je suis seulement âgée de 20 ans, j’ignore encore quel métier j’exercerai, mais travailler sur des plateaux de tournage non seulement devant les caméras, mais aussi derrière celles-ci fait assurément partie de mes options.

Outre les plateaux de tournage, les bancs d’école et la lecture, à quoi occupes-tu ton temps?

Je suis une grande cinéphile: je regarde de tout! Sinon, j’adore le ski alpin! Comme je n’ai pas de chalet, je me promène d’un mont à l’autre. Mes préférés: le Massif et le Mont-Sainte-Anne. Mon amoureux ne skie pas encore, mais j’ai comme projet de l’initier cette année. Sinon, je skie avec mes parents et mes amis. Je suis de celles qui voient d’un bon oeil l’arrivée des premiers flocons parce que pour moi, c’est synonyme du plaisir de dévaler les pentes.

La première saison de «L'Académie» est diffusée le mardi à 19 h 30, à TVA.

La deuxième saison est offerte en exclusivité sur Club illico. Wolfe est en salle maintenant.