/news/politics

EN VIDÉO

Chapelle ardente: ce qu’ils retiennent de Bernard Landry

TVA Nouvelles

Les politiciens et les proches de Bernard Landry ont été nombreux à venir lui rendre hommage en chapelle ardente, qui se déroulait samedi à l’Hôtel du Parlement.

À LIRE ÉGALEMENT

Chapelle ardente pour Bernard Landry à Québec

François Legault

Le chef du gouvernement, François Legault a été l’un des premiers à s’adresser aux médias après avoir offert ses condoléances à la famille de l’ancien premier ministre.

«J’ai appris beaucoup avec M. Landry en économie. J’ai appris aussi ce que c’est être un homme d’État. Il disait souvent: ''le parti avant les Hommes, et la Patrie avant le parti''. Je l’ai vu souvent en pratique, l’appliquer. Pour lui c’était toujours important de faire passer le bien commun avant l’intérêt partisan. [...] Je garde des beaux souvenirs et de grandes leçons de lui. [...]  Ce matin, je pensais au fait que je n’entendrai plus cette voix de Bernard Landry. »

Il également remercié Chantal Renaud d’avoir sacrifié plusieurs nuits afin de s’occuper de M. Landry dans la maladie.

Pierre Karl Péladeau

Le PDG de Québecor et ancien chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau a aussi salué la contribution de Bernard Landry. «Il s’est dévoué toute sa vie à l’émergence, au développement et à la réussite du Québec. Et c’est ce qu’on doit avant tout retenir de cette journée. Ses réalisations ont été nombreuses tant au niveau politique qu’économique, c’est un être d’exception.»

«C’est comme si une page se tournait, parce que c’est l’héritier du cours classique. [...] Oui, son dévouement économique est indéniable, mais c’était plus que ça. C’était également aussi un grand amant de la langue française, un grand amant de la culture québécoise.»

Pascal Bérubé

«Le legs de Bernard Landry, son héritage, son esprit, demeureront très présents. Malgré la neige aujourd’hui, nous savons que le lys refleurira.  [...] René Lévesque, Jacques Parizeau et maintenant Bernard Landry sont des immortels dans le monde politique québécois. À travers leurs convictions, leur ambition qui était pour le Québec, ils ont marqué des millions de vies, ils ont marqué la nôtre de façon indélébile. [...]

«Nous serons à la hauteur du legs d’un géant; son esprit nous anime, nous sommes tournés vers l’avenir en portant son héritage comme quelque chose de très précieux. Les derniers mots qu’il nous a dits, que ce soit par le truchement de la télévision ou qu’il m’a dits en personne il y a quelques semaines dans sa maison, ont maintenant l’allure d’un testament politique, et nous le porterons bien haut.»

Gérard Deltell

«C’est un grand patriote québécois qu’on perd. M. Landry avait la passion absolue du Québec, un amour absolu du Québec, l’amour surtout de l’avancement du Québec.»

«On ne partageait pas toujours les mêmes points de vue, mais au-delà de ça, c’était la conviction qu’il avait. C’était un militant infatigable; à l’extrême hiver de sa vie, il témoignait encore de sa passion pour l’avancement du Québec. C’est inspirant pour tout le monde.»

Marc-André Bédard

Pour l’ancien ministre péquiste et militant souverainiste, Marc-André Bédard (et père de Stéphane Bédard) le départ de Bernard Landry n’est ni plus ni moins la perte, non pas seulement d’un camarade, mais d’un frère.

«Je suis venu saluer un frère courageux dans la défense d’un idéal qu’il avait à cœur, de l’indépendance du Québec. Un homme audacieux, créatif dans les réalisations qu’il a faites pour essayer de bâtir le Québec. [...] »

«Ce que j’aimais dans Bernard c’est ce militant exemplaire qui a le sens de la nécessité de continuer les efforts au jour le jour si on veut arriver à la souveraineté. Et j’espère que cet exemple nous allons le retenir dans la réflexion de l’avenir qui s’en vient. On va retenir l’homme engagé pleinement, de cœur et d’intelligence.»

Lucien Bouchard

L’ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard, qui a travaillé pendant de longues années avec Bernard Landry, a admis ressentir une émotion particulière à revenir dans l’enceinte du Salon rouge. «Bernard, c’est un homme drôle même s’il était sérieux en public. Il avait un sens de l’humour extraordinaire et beaucoup d’esprit, même dans les situations les plus tendues, les plus sombres. Bernard gardait la bonne humeur, la capacité de rire de soi, plutôt de nous que de soi.

«Bernard est quelqu’un qui faisait partie de ma vie et moi, de la sienne. On était tout un groupe, autrefois des jeunes, qui avons traversé leur carrière ensemble. C’est la fin d’une génération», a poursuivi l'un des fondateurs du Bloc québécois.

Pascale Landry

La fille de Bernard Landry, Pascale, a tenu au nom de toute la famille à remercier la population pour l’amour qu’elle exprime envers son père.

«Ça nous réconforte beaucoup de voir l’amour que les gens nous retournent de lui, le grand respect pour ce qu’il a bâti toute sa vie. Cela nous aide à traverser cette épreuve maintenant, pour les jours à venir et pour les prochaines étapes... Le Québec va grandir encore grâce à tout ce qu’il a semé depuis toutes ces années.»

«C’est un homme très engagé, un homme entier, alors cette cause qu’il avait du Québec et de son progrès prenait toutes les formes possibles. C’était non seulement dans sa façon d’administrer l’État et de vivre sa vie de politicien, mais aussi dans sa façon d’être comme père de famille.»

Dans la même catégorie