/news/politics

Chapelle ardente à l'Assemblée nationale

De nombreux Québécois saluent Bernard Landry

Marc-André Gagnon | Agence QMI

De nombreux Québécois, citoyens, élus et dignitaires se sont relayés depuis la première heure, samedi matin, devant le cercueil de Bernard Landry, qui était exposé en chapelle ardente au Salon rouge de l’Assemblée nationale.

À LIRE ÉGALEMENT

Chapelle ardente: ce qu’ils retiennent de Bernard Landry

Le cortège funèbre de l’ancien premier ministre péquiste a fait son arrivée au Parlement vers 8 h 15, suivi de sa conjointe Chantal Renaud, qui l’a accompagné jusqu’à son dernier souffle mardi dernier.

M. Landry est décédé à l'âge de 81 ans et 7 mois. Il souffrait d’une fibrose pulmonaire.

Le premier ministre François Legault, qui a été ministre de l’Éducation et ministre de la Santé dans le cabinet de Bernard Landry au début des années 2000, a été l’un des premiers à venir offrir ses condoléances à la famille.

Tristesse

«C'est un moment de tristesse, parce que je n'entendrai plus jamais sa voix», a déclaré M. Legault, visiblement ému en s’adressant à la presse parlementaire.

Les deux hommes s’étaient d’ailleurs parlé, au téléphone, la semaine dernière, a raconté le premier ministre. «On s’était promis de se voir, et ça, je trouve ça triste que je ne puisse pas aller le voir, puis recevoir deux-trois conseils de sa part.»

«Malgré la neige, nous savons que le lys, aujourd'hui, refleurira», a indiqué à son tour le chef péquiste par intérim Pascal Bérubé, en promettant de poursuivre la bataille pour l'indépendance du Québec, un combat auquel M. Landry n’a jamais renoncé.

L’ex-premier ministre Lucien Bouchard a été lui aussi très ému de revenir à l’Assemblée nationale dans ce contexte.

«De revenir ici, [...] ça me fait revivre tellement de souvenirs, images, émotions... Des épisodes si intenses dans nos vies. [...] Et de le voir reposer ainsi, dans une des salles où nous avons travaillé, c’est quelque chose à digérer. [...] Ça commence à ressembler pas mal à la fin de ma génération. C’est une page, dans le processus, qui se tourne.»

Venus par centaines

Malgré le mauvais temps à l’extérieur, à midi, déjà près de 200 personnes s’étaient rendues au Parlement pour rendre un dernier hommage à M. Landry. En après-midi, ils étaient encore plus nombreux à avoir fait la file pour offrir leurs condoléances à sa famille.

«Ça nous réconforte beaucoup de voir l’amour que les gens nous retournent de lui», a réagi l’une des filles de M. Landry, Pascale, en son nom, celui de sa sœur Julie, son frère Philippe, de Chantal Renaud et de toute la famille.

«Le Québec va grandir encore grâce à tout ce qu’il a semé depuis toutes ces années», a ajouté Mme Landry.

Une deuxième journée de chapelle ardente aura lieu à Montréal, lundi, à la Basilique Notre-Dame de Montréal, et ses funérailles d'État au même endroit, mardi.

- Avec la collaboration d’Arnaud Koenig-Soutière

Dans la même catégorie