/news/culture

«Mère ordinaire»

QUB radio, le nouveau défi de Bianca Longpré

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

 - Agence QMI

Courtoisie

Bianca Longpré donne des spectacles chaque semaine, écrit un deuxième livre et produit un magazine, mais c’est seulement depuis qu’elle est animatrice à QUB radio qu’elle a l’impression d’avoir un métier, au sens concret du terme.

Cliquez ici pour vous procurer l'application de QUB radio

«Je ne me souviens même pas c’était quand, la dernière fois que j’avais une vraie "job", pour laquelle je devais me rendre quelque part, a badiné l’humoriste en entrevue avec l’Agence QMI. Je suis habituée d’être en spectacle du jeudi au samedi; le reste du temps, je travaille de chez moi, en leggings de chats! Maintenant, je porte des leggings de chats... mais à la station! (rires). La radio, je me sens à l’aise là-dedans, mais le principal défi, c’est de m’y rendre à tous les jours.»

Celle qu’on connaît désormais sous le pseudonyme «Mère ordinaire» est fidèle au rendez-vous, du lundi au vendredi, de 11 h à 12 h, sur QUB, dans une émission titrée de son surnom.

Léger et amusant

En ondes depuis moins d’un mois, sa tribune quotidienne a déjà fait jaser, notamment lorsque Richard Martineau s’est introduit en studio pour les taquiner, son invitée – une représentante de produits érotiques – et elle, à propos d’un jouet sexuel qui, a-t-il blagué, menaçait sa masculinité, le 1er novembre. Et c’est exactement le ton que Bianca Longpré souhaite accoler à ses échanges de fin d’avant-midi: léger et amusant.

 

«C’est du divertissement que je fais, a indiqué Bianca Longpré. Je ne suis pas comme les deux autres filles [NDLR :Geneviève Pettersen et Vanessa Destiné, qui coaniment «Les Effrontées» sur la même plateforme, entre 9 h et 10 h]. Elles vont creuser des sujets plus intellos. Moi, je ne vais pas là. Mon travail, c’est d’avoir du plaisir! Et ça me permet d’élargir mon public, parce qu’il y a beaucoup de gens qui pensent que "Mère ordinaire", c’est seulement sur Facebook.»

Deuxième spectacle

L’opinion, Bianca Longpré connaît. Elle a suffisamment commenté l’actualité sur diverses vitrines, il y a quelques années, pour être en mesure de décréter, aujourd’hui, qu’elle ne veut plus œuvrer dans ce créneau.

Maintenant, avec sa tournée Mère ordinaire – qui est bien un «one woman show» et non une conférence, elle doit encore souvent le préciser – elle peut se contenter de faire rire sans tracas. Un mandat qu’elle traîne jusqu’au micro de QUB.

«À un moment donné, faire de l’opinion, je me suis mise à trouver ça tellement lourd! Moi, dans la vie, je ne suis pas quelqu’un qui chiale et qui est de mauvaise humeur. Avec mon conjoint [François Massicotte], on a tout le temps du plaisir. Faire des blagues et être rassembleuse, ça me correspond plus que de diviser avec des opinions. Même si je ne suis pas d’accord avec quelqu’un sur l’éducation, par exemple, je n’ai plus le goût de m’obstiner. Ça ne me tente plus. J’ai trois enfants, je suis fatiguée, j’ai le goût d’avoir du fun!»

Sur scène, la tournée Mère ordinaire de Bianca Longpré va bon train. Cette dernièrre commence déjà à jeter les bases de son deuxième spectacle, qui devrait voir le jour à l’automne 2019.

«Je vais avoir fait 150 représentations en un an et demi. Ça va être assez!», a rigolé celle qui devrait aussi lancer son deuxième bouquin dans moins d’un an.

Dans la même catégorie