/news/politics

La tante d'Éloïse Dupuis veut rencontrer Legault

Patrick Bellerose | Agence QMI

La tante d’Éloïse Dupuis, une témoin de Jéhovah décédée après avoir refusé une transfusion sanguine, demande au gouvernement Legault de tenir une commission parlementaire sur les dérives sectaires.

«Ils ont tué ma nièce, rien de moins, et ils en tueront d’autres», a lancé Manon Boyer. Le 12 octobre 2016, Éloïse Dupuis est décédée après avoir refusé des transfusions sanguines, tel que le prône les Témoins de Jéhovah, à la suite de son accouchement par césarienne. L’enfant, lui, a survécu.

Manon Boyer rappelle qu’à l’époque, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait milité en faveur d’une commission parlementaire pour «étudier l’évaluation du consentement libre et éclairé» lorsqu’une personne reçoit des soins en milieu hospitalier. De plus, les troupes de François Legault proposaient qu’un juge soit chargé de s’assurer qu’un patient ne subit pas de pressions externes au moment de refuser un traitement.

Portrait de la situation

«Monsieur Legault est maintenant au pouvoir, alors je sollicite une rencontre avec lui et j’espère fortement qu’il va mettre en place une commission parlementaire afin qu’il y ait une enquête sur les dérives sectaires», a dit la dame qui milite contre les Témoins de Jéhovah depuis le décès de sa nièce. La commission parlementaire permettrait de dresser un portrait de la situation au Québec et d’adapter les lois en conséquence, estime-t-elle.

Manon Boyer a contacté notre Bureau parlementaire après avoir lu les récents propos de la vice-première ministre Geneviève Guilbault à l’effet qu’Éloïse Dupuis était dans «son droit» de refuser la transfusion sanguine, même si la nouvelle l’avait attristée à l’époque. Pas question, disait-elle, de «remettre en question l’existence des chartes» des droits et libertés, même si certaines décisions individuelles peuvent choquer la population.

Changer les lois

Bien que le coroner responsable du dossier a déterminé qu’Éloïse Dupuis a refusé les transfusions sans pression de sa communauté religieuse, Manon Boyer estime qu’il est impossible de parler d’un consentement libre. «Ces gens-là n’ont pas le choix, dit-elle. Quand Éloïse est née, ses parents étaient déjà Témoins de Jéhovah. Toute sa vie, on lui a appris que, si elle prenait du sang, elle n’aurait pas le droit au paradis éternel.»

Pour cette raison, Manon Boyer refuse de se contenter d’une simple validation du consentement par un juge. «Le juge, lui, il n’est pas au courant de ce que tu as entendu toute ta vie,a-t-elle souligné. Moi, je pense que ça prend une loi où, si tu rentres à l’hôpital et que tu as besoin de sang, même si tu es Témoin de Jéhovah, on te donne du sang.»

Les lois doivent être changées, a-t-elle dit, pour qu’il «n’y ait plus d’autres décès comme celui d’Éloïse».

Au bureau du premier ministre, on refuse de commenter les demandes de rencontre avec François Legault. «On va prendre le temps d’analyser le dossier avant de répondre», a dit sa porte-parole, Valérie Noël-Létourneau.

«Je ne peux pas croire, qu'au Québec, on laisse mourir une personne à cause de ses croyances religieuses. [...] Il faut voir comment on peut régler ça, là, mais c'est inacceptable, c'est triste, c'est catastrophique. Ça ne représente pas ce qu'on est au Québec», avait déclaré François Legault quelques jours après le décès de la jeune femme, en 2016.

Dans la même catégorie