/news/society

«Choisis ton prénom le jeune!»

TVA Nouvelles

Les 35 000 étudiants qui fréquentent l’Université du Québec à Montréal pourront choisir leur prénom usuel, celui qui sera utilisé par l’administration et les professeurs.

Une mesure que dénonce une fois de plus le chroniqueur Richard Martineau dans le cadre de sa chronique «Réveillez-vous».

À LIRE ÉGALEMENT

«Choisis ton prénom le jeune!»

«Je m’appelle Richard, mais à l’intérieur de moi, je suis Spatule. Quand tu dis Spatule, je me reconnais!», ironise le chroniqueur.

Selon les informations rapportées dans le journal de l’UQAM, tous les étudiants pourront des prévaloir de cette mesure, à certaines conditions.

Les employés pourront également utiliser un prénom usuel, dans une phase ultérieure du projet.

Le commentateur fait le parallèle entre cette manie de vouloir choisir à tout prix son identité, son nom, son sexe, et des cas extrêmes répertoriés.

Tout se passe dans la tête, mais parfois, cela peut mener à des dérives, croit-il.

Il raconte notamment deux cas extrêmes où une femme voyante a décidé de devenir aveugle, car dans son for intérieur, elle est aveugle depuis toujours.

Il détaille aussi l’histoire d’un colosse de Toronto qui a décidé «d’assumer» son identité et de devenir une fillette de 5 ans, allant même jusqu’à se faire adopter par une famille qui comprenait ses besoins.

«Ça ce n’est pas des gens qui ont des problèmes mentaux, non, non, non! Il ne faut pas les juger! Et là, heureusement je vais avoir mon université, je vais pouvoir aller à l’UQAM, pour enfin être ce que je suis. Tout se passe dans notre tête», conclut le chroniqueur.

Dans la même catégorie