/news/world

Enquête sur des «ovnis» repérés par des pilotes d’avion

An-24rb at the airport.

ivandanru - stock.adobe.com

Des pilotes d’avion ont signalé la présence de mystérieux objets volants et très lumineux, vendredi dernier, alors qu’ils étaient en plein ciel au large de la côte sud-ouest de l’Irlande, rapporte la BBC.

Parmi eux, une pilote de la British Airways, dont le vol assurait la liaison Montréal-Londres, a contacté la tour de contrôle de Shannon, peu avant 7 h du matin. Elle voulait s’informer si des exercices militaires n’avaient pas lieu au même moment dans ce secteur, car il y avait quelque chose qui «se déplaçait à très haute vitesse». Ce n’était pas le cas, lui a-t-on répondu.

Doté d’une «très brillante lumière», l’objet volant non identifié a surgi à la gauche de l’appareil et a rapidement changé de trajectoire, se dirigeant ensuite vers le nord. Mais en aucun cas, a assuré la pilote, il n’y avait eu de menace de collision.

Un autre pilote, aux commandes d’un avion provenant de la Virginie, aux États-Unis, a lui aussi aperçu «l’ovni». Il a suggéré à titre d’explication qu’il pouvait s’agir d’un météore ou d’un autre type d’objet qui rentrait dans l’atmosphère. Il dit avoir vu deux lumières très claires sur sa droite qui s’éloignaient à vive allure.

Le mystérieux objet se déplaçait à une vitesse «astronomique», a relevé un troisième pilote, estimant qu’elle pouvait atteindre «deux fois celle du son».

Selon un astronome interviewé par la chaîne britannique, les pilotes ont probablement aperçu ce que l’on appelle communément des étoiles filantes. Apostolos Christou a souligné que novembre était d'ailleurs un mois propice à ce genre d’activité céleste.

«Il semble que la matière était extrêmement lumineuse, ce qui laisse croire que sa taille était suffisamment grande, a-t-il soutenu. Difficile à dire à partir de la description des pilotes, mais cela aurait pu être de la grosseur d’une noix ou même d’une pomme.»

Les autorités de l’aviation irlandaises ont ouvert une enquête à la suite de ces signalements, mais ont refusé de commenter dans l’attente des conclusions.