/news/politics

La mémoire d'un professeur au grand sens du devoir saluée

TVA Nouvelles

Collègue et ami de Bernard Landry, le chargé de cour de l’UQAM Jean-François Payette a livré un témoignage empreint d’émotions aux funérailles d’État de l’ancien premier ministre du Québec.

«J’ai eu le grand privilège d’enseigner avec le professeur Landry ces dernières années, a-t-il raconté. En début de session, il commençait le cours par cette phrase : "Vous avez quelque chose que je n’aurai plus jamais, c’est la jeunesse. J’ai quelque chose que vous n’avez pas encore, mais que vous aurez un jour, c’est l’expérience. Et c’est mon devoir de vous transmettre cette expérience aujourd’hui."»

M. Payette a d’ailleurs salué le grand sens du devoir de Bernard Landry.

À LIRE ÉGALEMENT:

Le Québec dit adieu à Bernard Landry

Pierre Karl Péladeau rappelle la vision du «pays» de Bernard Landry

Pascale Landry souligne l'amour de son père pour «la patrie et la famille»

Un patriote qui a défendu le Québec avec fougue, dit Legault

«Pour cette raison, jusqu’au printemps dernier, il a enseigné car il pensait qu’il était de sa responsabilité de tendre la main aux plus jeunes générations pour que notre mémoire collective ne s’efface jamais», a-t-il souligné.

Ému, il a terminé son discours en déclarant: «Hier, à notre cours de gestion internationale, vous nous avez manqué, monsieur le professeur».

Revoyez l’allocution de Jean-François Payette dans la vidéo ci-dessus.

Dans la même catégorie