/regional/montreal/montreal

Montréal est «très préoccupée» par la congestion anticipée

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

L’administration de Valérie Plante se dit «très préoccupée» par les impacts qu’aura le projet Royalmount, au coin des autoroutes Décarie et Métropolitaine, sur la circulation routière et la mobilité.

À LIRE ÉGALEMENT

Cauchemar en vue sur la Métropolitaine

«On risque de doubler le temps d’attente dans la congestion, c’est très préoccupant», a réagi mardi le responsable du transport et de l’urbanisme au comité exécutif Éric Alan Caldwell.

«Le Journal de Montréal» dévoilait mardi un rapport de la Ville de Montréal sur les impacts du projet de mégacentre commercial Royalmount, au coin des autoroutes 15 et 40, qui sera étudié dans le cadre de la Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation.

Selon le document, qui a été rendu public plus tard en journée, le projet amènera 140 000 déplacements par jour, soit 70 000 automobiles, dans l’un des secteurs les plus achalandés dans la province avec 360 000 véhicules qui circulent par jour sur l’échangeur Décarie.

De 17h à 19h, il faudrait par exemple de 20 à 30 minutes de plus pour traverser l’A-40 Est, entre le boulevard Cavendish et l’échangeur Des Laurentides.

La Ville se base sur une étude d’impact de la firme WSP, mandatée par le promoteur Carbonleo, pour faire ces constats.

Interprétation erronée

Le promoteur Carbonleo a réagi mardi par voie de communiqué, souhaitant corriger une «interprétation erronée des données». «Contrairement aux données véhiculées, l’augmentation de nombre de véhicules ne sera que de 20 000 voitures contrairement au nombre de 70 000 véhicules mentionné par certains médias», indique-t-on.

Citant l’étude de circulation menée par WSP avec les autorités municipales, le promoteur affirme aussi que l’augmentation des temps de parcours serait de moins de deux minutes en moyenne lors des périodes de pointes les plus critiques.

Aussi, huit trajets de déplacement ont été étudiés par WSP en octobre 2017. «En tenant compte des mesures de mitigation, l’effet sur le temps de trajet est nul ou amélioré sur une majorité des trajets étudiés. L’effet moyen n’est donc pas de 20 à 30 minutes, mais de 5 minutes.»

Carbonleo, qui rappelle travailler en «étroite collaboration» avec la Ville de Mont-Royal, Montréal et le ministère des Transports, ajoute que l’interprétation des données ne considère pas les changements dans l’offre de transport.

Recherche de solutions

Éric Alan Caldwell a indiqué être à la recherche de solutions pour réduire les impacts avec le promoteur et le ministère des Transports (MTQ), rappelant que la plupart des autorisations relèvent du ministère et de la Ville de Mont-Royal.

Une passerelle piétonne sera par exemple construite pour relier le métro de la Savane au site, et l’administration suggère aussi la notion de «quartier complet». Le promoteur projette d’ailleurs d’ajouter un volet résidentiel au projet.

«Il faut regarder comment faire en sorte qu’on offre sur notre territoire un cadre de vie intéressant via un quartier complet et qu’on réduise les impacts sur la circulation et la structure commercial», a ajouté M. Caldwell, en précisant que la Commission se pencherait sur tous ces enjeux.

Dans la même catégorie