/finance/homepage

Sico quitte le Québec

«Une décision d’affaires prise froidement par des gens qui se balancent des travailleurs»

TVA Nouvelles

Rien n’indiquait qu’une bien mauvaise nouvelle s’en venait pour la centaine de travailleurs de Sico, qui perdront leur emploi en 2019. Leur convention collective venait d’ailleurs tout juste d’être renouvelée.

L’entreprise spécialisée en peintures a annoncé contre toute attente mercredi qu’elle quitterait le Québec d'ici septembre prochain, transférant ses activités en Ontario.

À LIRE ÉGALEMENT

Sico cesse ses activités au Québec

La mine basse, un employé qui s’apprêtait à rentrer au travail jeudi matin a expliqué qu’ils ont reçu la nouvelle via un porte-parole de l’entreprise qui s’était déplacé pour leur lire un texte. «Apprendre ça à 3h de l’après-midi par un patron américain qui vient nous dire ça par l’entremise d’un interprète... On l’a très mal pris.»

 

«C’est plate pour tout le monde, il y a des jeunes, il y en a qui viennent de s’acheter des maisons, qui ont des familles. C’est très triste ce matin», a poursuivi l’homme, qui travaillait pour Sico depuis une trentaine d’années.

«C’est une décision d’affaires prise froidement par des gens qui se balancent des travailleurs et travailleuses qui, ce matin, perdent leur job au Québec», a réagi le président de la CSN, Jacques Létourneau, qualifiant la méthode d’«assez ordinaire, merci».

Action politique réclamée

Lors de la dernière campagne électorale provinciale, la CAQ maintenant au pouvoir a beaucoup insisté sur l’importance de garder les sièges sociaux – et les emplois – dans la province.

«On a envoyé un signal à François Legault: mettons que depuis votre élection, ce ne sont pas des bonnes nouvelles qui sont  annoncées pour les travailleurs et travailleuses. Il va falloir que le Québec prenne les moyens de sortir carrément de la boîte et qu’on réfléchisse à comment on arrête ces saignées-là», a déclaré M. Létourneau, au Québec Matin.

Sico a été fondée à Québec en 1937 par Marcel Deslauriers et Roméo Fillion. L’entreprise s’est également installée à Longueuil en 1964. Elle a été vendue au géant américain PPG en 2012.

Environ 125 employés sont frappés par cette décision de délocaliser les activités.

Dans la même catégorie