/regional/montreal/montreal

Deux nouvelles têtes au conseil d'administration de la STM

Camille Dauphinais-Pelletier | Agence QMI

JOEL LEMAY/24 HEURES/AGENCE QMI

Deux nouvelles têtes se sont jointes au conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM), entraînant du même coup l’expulsion du doyen du CA, au moment même où il représentait l’organisme à Toronto.

Ce sont Peter Trent et Catherine Morency, deux non-élus, qui remplaceront les conseillers municipaux Marvin Rotrand et Valérie Patreau sur le CA, a décidé le conseil d’agglomération de la Ville de Montréal.

M. Trent a été maire de Westmount pendant une vingtaine d’années avant sa retraite en 2017, et est particulièrement connu pour son opposition aux fusions sur l’île de Montréal au début des années 2000. Il arrive donc à la STM avec une solide connaissance des rouages de l’administration publique.

De son côté, Mme Morency est titulaire de deux chaires de recherche sur la mobilité à la Polytechnique, et siégeait déjà sur le comité Service à la clientèle de la STM. Elle considère le transport collectif comme «la pierre angulaire de la transformation de la mobilité», et souhaite que les travaux réalisés par les chercheurs en mobilité servent à éclairer les choix faits par les décideurs pour que l’offre de services de transport en commun soit plus variée et plus équitable.

Rotrand surpris et déçu

Le conseiller Marvin Rotrand a appris la nouvelle par téléphone la semaine dernière, et s’étonne de cette destitution qui survient en plein mandat.

«Le fait d’agir comme ça démontre que la STM est un service municipal qui relève de l’administration actuelle, et non pas un service autonome qui a l’intérêt général de la population en tête. L’an dernier, Mme Plante a pourtant dit qu’elle voulait faire de la politique autrement», a avancé celui qui a été élu sous la bannière de Coalition Montréal.

M. Rotrand n’était pas au conseil municipal lundi lorsque la nouvelle constitution du CA a été entérinée, car il était à Toronto... pour représenter la STM au congrès annuel de l’Association canadienne du transport urbain (ACTU).

«J’ai été vice-président de la STM pendant 16 ans et, en novembre 2017, j’ai été nommé à nouveau sur le CA pour mon expertise. J’ai gagné un prix de l’ACTU pour service distingué dans le transport en commun. On ne me remplace pas parce que je ne suis pas compétent ou que je n’aime pas mes dossiers», a-t-il évoqué, laissant planer un doute sur les intentions de la mairesse.

Celle-ci a affirmé que son objectif était de «professionnaliser le CA de la STM et d’y amener de l’expertise», et qu’il ne s’agissait pas d’un geste personnel envers M. Rotrand.

De son côté, le chef de l’opposition, Lionel Perez estime que Mme Plante n’a pas expliqué de façon satisfaisante pourquoi elle avait choisi de retirer M. Rotrand du CA plutôt que quelqu’un d’autre, tout en soulevant qu’«au cours des dernières années, [M. Rotrand] a été plutôt critique de l’administration municipale».

L’autre personne à perdre son siège, la conseillère d’Outremont Valérie Patreau, est une élue de Projet Montréal, a fait valoir Mme Plante.

La STM n’a pas voulu commenter les changements apportés à son CA lundi.