/regional/montreal/montreal

Un verre de bulles en échange d’une paire de bas

Nadia Lemieux | Agence QMI 

Courtoisie

Les personnes qui apporteront une paire de bas neufs dans 18 restaurants montréalais se verront offrir jusqu’à dimanche un verre de vin mousseux gratuit, dans le cadre d’une campagne de dons pour venir en aide aux personnes sans-abri.

C’est lundi que débutait la 5e édition de la campagne Bas pour Bulles, une initiative du chef propriétaire du restaurant Gus, David Ferguson.

L’objectif de la campagne est de combler un déficit en bas dans les refuges pour personnes itinérantes, comme ces morceaux de vêtement sont rarement offerts en dons.

«Les gens donnent normalement des choses qu’ils considèrent de grande valeur, comme des pantalons et des manteaux, mais on ne pense jamais aux bas et, d’habitude, quand tu as fini avec tes bas, tu t’en débarrasses», a expliqué David Ferguson.

Il mentionne que des bas adéquats peuvent contribuer à améliorer la santé des personnes itinérantes, qui sont souvent aux prises avec de graves problèmes de pieds. D’ailleurs, ce type de problèmes est l’une des principales raisons pour lesquelles elles se présentent à l’urgence.

«Quand ils ne peuvent pas sortir marcher dans la rue parce que leurs pieds sont trop douloureux, ça affecte négativement leur état d’esprit, a-t-il précisé. Ils perdent leur autonomie et leur sentiment d’identité. Ça crée d’autres problèmes.»

40 000 paires

Depuis la création de la campagne Bas pour Bulles en 2014, environ 40 000 paires de bas ont été données à des refuges de Montréal, mais aussi de Toronto, puisque des restaurants de cette ville ontarienne ont emboité le pas l’an dernier.

À Montréal, le nombre de restaurants participants ne cesse de croitre. Il y a cinq ans, ils étaient seulement six. Aujourd’hui, ce chiffre a triplé. Les populaires établissements Elena, Pastaga, Vin Mon Lapin et Tuck Shop font entre autres partie du mouvement.

«Je voulais inclure différents restaurants pour susciter la discussion, a mentionné David Ferguson. Même si quelqu’un ne donne pas de bas le soir où il va dans un restaurant, il va au moins en apprendre sur le sujet en en parlant avec les serveurs ou en voyant les affiches. Peut-être que la prochaine fois qu’il fera un don, il donnera des bas en même temps.»

M. Ferguson se réjouit de voir que des restaurants de différents quartiers continuent à rejoindre la campagne et espère qu’elle pourra continuer à grandir à Montréal et ailleurs dans les prochaines années.

Pour consulter la liste complète des restaurants participants, rendez-vous au www.baspourbulles.com.