/finance/homepage

Consommation

Vendredi fou : des aubaines à saisir?

TVA Nouvelles

À quelques jours du Vendredi fou et du Cyberlundi, période au cours de laquelle des milliers de consommateurs magasineront dans les commerces et en ligne, peut-on réellement espérer mettre la main sur de véritables aubaines?

Selon Benoît Duguay, professeur titulaire à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, rien n’est moins sûr, mais ceux qui se lanceront dans la chasse aux aubaines doivent absolument être préparés.

«La seule façon pour les consommateurs de ne pas se faire avoir c’est  de savoir exactement, dans les semaines précédentes, ce qu’ils veulent acheter. Ils ont fait le tour des magasins, ils ont identifié les modèles», explique M. Duguay en entrevue au Québec Matin.

«Il faut connaître les spécifications et il faut connaître le prix des différents modèles. Parce qu’on peut arriver dans un magasin et se dire «Wow! Il est 300$ de moins», mais on arrive chez nous et il est archi lent », poursuit le professeur, expliquant que le consommateur peut «très facilement» se faire avoir.

En effet, selon Benoît Duguay, il ne faut pas s’attendre à voir les derniers modèles affichés à des prix à tout casser.

«Pensez-vous vraiment que les marchands vont vendre les marchandises les plus récentes à des prix coupés? Ce qu’ils veulent, c’est se débarrasser des vieux stocks pour ensuite vendre les nouveaux», affirme le professeur de l’UQAM.

Alors que 29% des gens ont profité du Vendredi fou en 2015, 43% auraient l’intention de magasiner pendant la même période cette année. Du lot, 43% des consommateurs recherchent des articles électroniques ou informatiques, 39% des vêtements et des accessoires de mode, 21% des accessoires pour la maison, 20% des produits de divertissement et 17% des articles et jouets pour enfants.

Dans la même catégorie