/news/politics

Le PQ et QS obtiennent le statut de groupe parlementaire

Geneviève Lajoie | Agence QMI

Même s’ils n’ont pas le nombre requis de députés, le Parti québécois et Québec solidaire bénéficieront des avantages d’un parti officiellement reconnu à l’Assemblée nationale. Manon Massé et Pascal Bérubé auront également leur voiture de fonction.

Un budget pour embaucher des employés, un droit de parole à la période des questions et un droit de vote en commission parlementaire, là où on concocte les lois. Voilà grossièrement ce que les péquistes et les solidaires ont obtenu au terme de rudes négociations avec le gouvernement Legault et l’opposition libérale. Une entente de principe est intervenue jeudi soir entre les différentes formations politiques.

Jusqu’à aujourd’hui, les règles de fonctionnement du Parlement prévoyaient que les partis pouvant bénéficier de ces avantages devaient avoir fait élire au moins 12 députés ou avoir recueilli 20 % des suffrages. Même s’ils n’ont que 10 députés chacun, le PQ et QS pourront tout de même y avoir droit.

Voiture de fonction

Le ministère de la Sécurité publique a recommandé qu’une protection soit assurée pour tous les chefs. Selon nos informations, la solidaire Manon Massé et le péquiste Pascal Bérubé ont ainsi tous deux accepté la voiture de fonction et le garde du corps qui viennent avec le poste de chef parlementaire.

Le premier ministre François Legault et ses ministres, de même que les chefs des partis d’opposition à l’Assemblée nationale ont droit à un service de protection par des gardes du corps, qui assurent aussi le rôle de chauffeur. Une voiture de fonction, ou «limousine» dans le jargon parlementaire, est également mise à leur disposition. Notons qu’il s’agit généralement d’une minifourgonnette Toyota Sienna.

Sur son fil twitter, le chef intérimaire péquiste Pascal Bérubé a salué cette entente «porteuse pour le parlementarisme». Il a rappelé que près de 700 000 électeurs avaient voté pour le PQ.

Le leader parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, s’est lui aussi réjoui de l’accord. «Un grand jour pour ce jadis petit parti», a-t-il gazouillé.