/news/society

Se sortir de l'enfer de la drogue et de l'alcool

Après un séjour à l'Urgence dépendance, des personnes qui ont des problèmes d'alcool et de drogue peuvent amorcer un sevrage et très souvent une cure de désintoxication afin de s'en sortir.

Après avoir été admis à l'Urgence dépendance de la rue Prince-Arthur Ouest à Montréal, des patients sont dirigés vers une unité située dans le même édifice pour subir un sevrage de quelques jours.

Ce jeune père de famille consommait de la cocaïne depuis cinq ans. «C'est la DPJ qui m'a référé à ce programme-ci», explique celui qui dit être prêt à tout pour ses enfants.

L'an passé, 696 personnes ont été admises dans cette unité, majoritairement des hommes.

«Ça fait 36 ans que je me bats avec ça. Ça m'a amené à tout perdre encore, et là, je commençais à avoir des idées suicidaires», raconte Luc, un autre patient qui vit avec un problème de polytoxicomanie.

Luc connaît bien le domaine de la désintoxication. «J'ai travaillé 10 ans en intervention. J'ai travaillé quatre ans à Villeray, j'ai travaillé à d'autres centres. J'ai été même directeur d'un centre à Montréal», ajoute-t-il.

Les patients les plus lourds ne peuvent pas être admis ici en raison des risques qui sont plus élevés.

Ils tentent tous de s'en sortir avec l'aide des équipes médicales, mais ce n'est pas facile.

«C'est un combat de tous les jours. J'ai quand même 15 ans d'abstinence en arrière de moi sur les 36 ans, quand même. Donc, c'est ce qui me tient, et je veux que ma fille soit fière de moi», conclut Luc.