/news/currentevents

Des voitures volées à l'aéroport avant d'être découpées et exportées

Félix Séguin et Axel Marchand-Lamothe | Le Journal de Montréal

La police de Montréal a réussi à mettre hors d’état de nuire un réseau de receleurs de véhicules qui ciblaient les modèles haut de gamme aux abords de l’aéroport et dans les stationnements d’hôtels à Dorval, là où on comptait la plus forte concentration de vols de voitures au Québec.

Après des mois d’enquête, de perquisitions et de filatures, les détectives de l’Équipe Réseau, une escouade spécialisée mise en place pour lutter contre les vols d’autos, ont frappé à quatre endroits et épinglé huit suspects hier.

À LIRE ÉGALEMENT

Les dessous d’une importante opération policière

La police frappe un réseau de vol et de recel de véhicules de luxe

«Le réseau volait des véhicules de grand luxe pour les transporter à l’extérieur de l’île de Montréal pour les maquiller ou les découper en pièces détachées», explique Pascal Leclair, commandant des enquêtes de la Division ouest du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Ils auraient dérobé au moins une cinquantaine de véhicules depuis que les policiers ont lancé le projet Oblitérer.

À Sainte-Anne-des-Plaines, dans les Laurentides, les policiers ont investi un garage du rang du Trait-Carré, soupçonné d’être la base de l’organisation. Ils y ont saisi automobiles et pièces détachées.

«Ce sont des voleurs locaux qui volent des véhicules destinés au marché local. Autant les pièces que les véhicules entiers restaient au Québec», poursuit M. Leclair.

 

Gros profits

Pour éviter d’éveiller les soupçons, les véhicules étaient souvent remis en vente au prix du marché plutôt qu’au rabais après qu’on eut modifié le numéro de série.

Certaines voitures auraient aussi changé plusieurs fois de mains dans un court laps de temps pour brouiller les pistes.

Lorsque les véhicules étaient découpés, des camions cubes étaient chargés au hangar du rang du Trait-Carré avant que les pièces soient disséminées auprès de revendeurs.

Les suspects visaient notamment les VUS japonais et les camionnettes Ford les mieux équipées dont la valeur varie entre 45 000$ et 70 000$.

«Ce sont des véhicules haut de gamme qui sont ciblés parce que le profit est important», ajoute le commandant Leclair.

En entrevue avec «Le Journal de Montréal», il ajoute qu’on fait désormais face à des criminels professionnels bien structurés et dotés d’outils à la fine pointe.

«Autant la technologie des véhicules que celle des voleurs ont changé», rappelle le haut gradé.

Le kit du parfait cambrioleur comprend maintenant ordinateur portable, brouilleur de GPS et programmeur de clés électroniques ne laissant pas de traces sur l’automobile.

On est loin de l’époque des cintres et des pieds-de-biche pour déverrouiller les portières.

Avec l’aéroport Montréal-Trudeau et les stationnements d’hôtels sur leur territoire, la problématique des vols d’autos a toujours été dans le collimateur des enquêteurs de la Division ouest.

Cibles parfaites

La proximité avec de grands axes routiers, le constant va-et-vient et le fait que les véhicules sont souvent immobiles pour une longue période de temps attirent les malfaiteurs, qui se sont emparés pratiquement d’une voiture par jour.

«On s’est attaqué directement à ce phénomène avec l’Équipe Réseau, la seule au SPVM affectée spécifiquement aux réseaux de vols de véhicules et de vols par effraction», explique le commandant Leclair.

Résultat? Les récentes opérations Odomètre, Océan, qui ont contré un réseau d’exportation de véhicules volés à l’étranger, et maintenant Oblitérer, ont permis de réduire le nombre de larcins de 76% dans ce secteur chaud au cours des derniers mois, se réjouit le commandant.

Voler votre voiture ne prend que quelques brèves minutes

Les voleurs professionnels n’ont besoin que de quelques minutes pour dérober un véhicule valant plus de 70 000$, en utilisant de l’équipement électronique accessible sur internet pour moins de 1000$. Et en quelques jours, l’automobile aura déjà disparu des registres officiels.

Scanner - vol de voiture

gracieuseté

 

Comment font-ils?

1. Au moyen d’un scanner, les voleurs bloquent à distance le signal de votre clé. Vous croyez alors à tort avoir verrouillé votre véhicule. Ils peuvent ensuite s’y introduire sans causer de dommages lorsque vous êtes éloigné.

S’ils ne peuvent intercepter le signal, il est possible de reproduire sur place une clé physique en moulant l’intérieur de la serrure et en taillant rapidement une copie pour accéder à l’intérieur.

2. Une fois dans l’habitacle, ils branchent un programmeur de clé sous le tableau de bord et vont changer le code attribué à la voiture.

3. À l’aide d’un ordinateur portable, ils programmeront une clé vierge qui sera liée au véhicule.

Ordinateur - vol de voitures

gracieuseté

 

4. Au moment de prendre la fuite, ils utilisent aussi un brouilleur d’ondes pour bloquer le système de géolocalisation du véhicule.

5. Les cambrioleurs quitteront ensuite le stationnement et iront cacher le véhicule.

6. Quelques jours plus tard, il sera amené dans un entrepôt pour être démantelé ou «maquillé» en changeant son numéro de série.

Source: SPVM

Quelques chiffres

4500 véhicules volés à Montréal en 2017

4200 depuis le début de l’année

80% sont dérobés par des voleurs professionnels pour le maquillage ou la revente en pièces détachées

20% sont des tentatives de fraudes aux assurances, pour commettre d’autres crimes ou encore des «joy ride»

Diminution de 76% dans le secteur hôtelier cette année, et de 16% pour l’ensemble de la Division ouest.

80% des véhicules volés ne seront jamais retrouvés

Plus de 350 vols de voitures ont eu lieu d’avril 2017 à mars dernier dans le secteur hôtelier près de l’aéroport, selon les données ouvertes de la Ville de MontréalDes véhicules ciblés par le réseau (modèles 2016 à 2018)

Toyota 4Runner environ 55 000$

Toyota Highlander environ 45 000$

Ford F-150 Limited environ 70 000$

Lexus NX environ 50 000$

Infiniti QX30 environ 45 000$

Qu’arrive-t-il une fois le véhicule volé?

Il peut être «découpé» pour être vendu en pièces détachées à des centres de recyclage ou à des garages.

Voiture en morceaux

gracieuseté

 

Le numéro de série (VIN) ainsi que son autocollant des autorités fédérales peuvent également être changés pour permettre de le revendre en entier.

Il sera ensuite refilé à un concessionnaire de voitures usagées ou encore directement à un particulier.

Pour brouiller les pistes, il peut aussi changer successivement de mains plusieurs fois dans un court laps de temps.

Il peut également être embarqué dans un conteneur pour être exporté à l’étranger.

Des exportations

Un autre projet d’enquête baptisé Océan, piloté par la Division ouest, a permis d’identifier des dizaines de véhicules destinés à l’exportation outre-mer.

Voiture et matelas

gracieuseté

 

Ils étaient entreposés dans des conteneurs et souvent ensevelis sous des matelas et des objets divers pour ne pas aiguiser la curiosité de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) lorsque vérifiés au port de Montréal.

Ce stratagème est souvent utilisé pour envoyer des voitures vers l’Afrique ou le Moyen-Orient puisque les entreprises d’exportation n’ont aucune obligation à vérifier les numéros de série.

Notons toutefois qu’avec la collaboration de la Division est de la police de Montréal et l’ASCF, une vigie sera mise en place pour réduire le nombre de véhicules volés embarqués par bateau.

Des peines légères

Les vols d’automobiles ne sont pas punis très sévèrement par le Code criminel. Si la peine minimale est de six mois de prison à la troisième infraction depuis 2010, elle est loin de décourager les criminels. D’ailleurs, parmi les individus visés par le projet Oblitérer, certains sont des spécialistes du domaine depuis plusieurs années et des amateurs de voitures.

Et certains ne reculent devant rien pour ne pas se faire prendre.

Un peu comme dans les films Rapides et dangereux ou encore Partis en 60 secondes, ils n’hésitent pas à fuir les policiers à haute vitesse.

En septembre, un des protagonistes de l’enquête et un présumé complice ont d’ailleurs été impliqués dans une violente sortie de route à Laval en se croyant suivis par une équipe de surveillance.

Quelques conseils

Faire buriner les vitres et les pièces majeures de votre véhicule.

Se munir d’un système antidémarrage, d’un cadenas de volant, d’un système d’alarme et d’un système de repérage.

Garer votre véhicule dans un endroit bien éclairé.

Ne pas laisser vos clés à des inconnus (valet, préposé de stationnement, etc.)

Dans la même catégorie