/finance

Boisbriand a su se relever après la fermeture de GM

TVA Nouvelles

L'annonce de la fermeture de l'usine General Motors à Oshawa a une résonnance particulière à Boisbriand qui a connu une situation semblable il y a 16 ans, mais qui a su se relever.       

Le 29 août 2002, GM a annoncé la fermeture de son usine d'assemblage automobile de Boisbriand, la seule au Québec occasionnait ainsi une perte de 1200 emplois.      

À LIRE ÉGALEMENT   

GM fermera cinq usines, dont celle d'Oshawa  

GM va cesser de produire certains modèles  

Cette nouvelle était un dur coup économique pour la municipalité des Laurentides puisqu'il s'agissait d'emplois très bien rémunérés. De plus, la Ville a également perdu des revenus en impôts.      

Sur les terrains où se trouvait l'usine, il y a désormais le Faubourg Boisbriand, un centre commercial comprenant quelques dizaines de commerces ainsi que des centaines de copropriétés.       

La fermeture de cette usine coïncidait également avec la fin de la production de modèles comme la Camaro et la Firebird.      

«Ç'a été dévastateur. C'était inacceptable à cette époque-là parce que cette usine a donné pendant des années au Québec» raconte Luc Desnoyers qui était le directeur du syndicat des Travailleurs de l'automobile à l'époque.       

«On pouvait dire qu'on avait notre juste part des emplois dans l'industrie de l'automobile et avec elle, on perdait tout ça. On n'en avait plus d'emplois dans l'industrie de l'automobile et on n'a jamais eu d'autres d'ailleurs et on n'aura jamais d'autres, probablement», conclut M. Desnoyers. 

Dans la même catégorie