/news/law

«J’aimerais que justice soit vraiment faite»

Noyade d’un ado à l’école

TVA Nouvelles

La famille de l’adolescent qui est mort dans son cours de natation obligatoire au Centre Père-Marquette en février dernier a annoncé qu’elle poursuivait la Ville de Montréal et la Commission scolaire de Montréal.        

Le montant de la poursuite civile n’a toutefois pas encore été établi.        

• À lire aussi: La famille de l'ado noyé devrait poursuivre la CSDM et la Ville de Montréal  

• À lire aussi: L'ado est resté 38 minutes sous l’eau  

• À lire aussi: La famille d’un ado noyé réclame justice  

• À lire aussi: Funérailles de l’adolescent qui s’est noyé au Centre Père-Marquette  

• À lire aussi: En quoi consiste le programme Nager pour survivre? 

«Pour nous il s’agit de négligence. Il s’agit d’une faute inacceptable, une faute civile», a fait savoir l’avocat de la famille Jean-Pierre Ménard, en rappelant les faits qui ont mené à la mort tragique de Blessing Claude Moukoko, le 15 février dernier, pendant son cours de natation.        

La mère du jeune mort à 14 ans, Evelyne Mavoungou-Tsonga, a raconté avec émotion à quel point ce drame a chamboulé sa vie.    

«Toute ma vie a basculé, c’est à peine croyable. J’ai mal partout, je ne peux rien faire. Je suis en arrêt de maladie, je ne suis pas capable dormir. Les images de mon enfant défilent tous les jours, chaque heure, toutes les nuits», a-t-elle laissé tomber devant les nombreux médias présents au point de presse.        

«C’est très difficile. Aujourd’hui on annonce le dépôt de la plainte, et j’aimerais que cela n’arrive plus à personne. Tant qu’on n’a pas perdu un enfant, c’est difficile de comprendre ce que l’on vit.»       

Réaliste, elle sait que ces procédures ne ramèneront pas son enfant.        

«Je veux que les responsables soient poursuivies. Ça ne va pas ramener mon fils, mais j’aimerais que justice soit vraiment faite.»  

38 minutes sous l'eau

Blessing Claude Moukoko est mort lors de son cours de piscine obligatoire au Centre Père-Marquette, situé à côté de l'école secondaire du même nom. Il est resté au fond de la piscine 38 minutes avant que les responsables ne se rendent compte qu’il s’y trouvait. 

Il avait beaucoup de difficulté à nager, et avait peur de l'eau, ont mentionné ses proches et ses amis, des informations révélées également dans le rapport du coroner Louis Normandin en lien avec ce drame qui a secoué la communauté de Rosemont, le 15 février 2018.            

Le Dr Normandin a recommandé que les cours de natation soient sous la supervision constante et simultanée d’un enseignant (qui donne le cours) et d’un sauveteur/ surveillant (qui ne fait que surveiller); à défaut de quoi, les cours de natation en milieu scolaire devaient être suspendus. 

Le ministère de l’Éducation a pris acte de cette recommandation sans faire annuler les cours en vigueur.