/regional/montreal/montreal

Stationnements retirés sur la rue Sainte-Catherine: aucune décision prise par Montréal

Toutes les cases de stationnement sur rue pourraient disparaître à la suite du réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest.

Toutes les cases de stationnement sur rue pourraient disparaître à la suite du réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest, même si la Ville assure n’avoir pris aucune décision pour le moment. 

«Il n’est aucunement décidé ce qui va se passer. On fait des explorations pour savoir si la contiguïté va être là. C’est très clairement écrit dans le sommaire décisionnel que nous allons ensuite prendre des décisions», a soutenu mercredi le responsable du développement économique et commercial Robert Beaudry au conseil municipal. 

Le conseil municipal a accordé la semaine dernière un contrat de services professionnels à CIMA+ S.E.N.C. et Provencher Roy + Associés Architectes inc. pour réaliser des études de faisabilité et un avant-projet préliminaire liés à la phase 2 du réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest, qui s’étend jusqu’à l’avenue Atwater. 

Les documents municipaux stipulent que le scénario d’aménagement de la phase 1 «a été développé avec l’idée de l’étendre à la phase 2 du projet». Ce plan prévoit des trottoirs élargis et «une configuration à une voie de circulation de 6.2 mètres et l’élimination du stationnement sur rue». Pour déterminer les impacts, des analyses de circulation et de fonctionnalité et une analyse urbaine devront être menées. 

L’opposition avait alors calculé que cela entraînerait la suppression de 484 places de stationnement sur l’ensemble de la rue. La perte de 144 cases est déjà prévue pour la phase 1, qui s’étend de Bleury à Mansfield. 

Robert Beaudry a assuré que les commerçants seraient consultés pour cette nouvelle phase, comme ils l’ont été pour la phase précédente. «J’ai parlé avec la SDC [Société de développement commercial] centre-ville, qui se disait rassurée de la façon dont nous allons faire le processus», a-t-il indiqué en réponse au conseiller de l’opposition Aref Salem, qui demandait à l’administration de penser aux besoins des commerçants en matière de stationnement. 

Le responsable de la ville intelligente et des technologies de l’information François Croteau a ensuite rappelé que la Ville tentait avec ses partenaires d’optimiser l’usage du stationnement autour de la célèbre artère, et qu’en moyenne 3000 cases de stationnements souterrains n’étaient pas utilisées dans le secteur.

Dans la même catégorie