/finance/homepage

AMF

L'enquête sur Bombardier ne sera pas terminée avant 2019

TVA Nouvelles et Agence QMI

L'enquête de l'Autorité des marchés financiers (AMF) sur les transactions des hauts dirigeants de Bombardier ne connaîtra pas son dénouement avant 2019, a appris TVA Nouvelles jeudi.

Les investisseurs et les hauts dirigeants s'attendaient à une conclusion rapide de l’enquête, mais les vérificateurs procèdent à des analyses en profondeur. Ils rencontrent notamment les courtiers qui étaient responsables de vendre les actions.

L'AMF a déclenché une enquête après que des dirigeants de Bombardier, dont le président-directeur général Alain Bellemare, eurent liquidé des blocs d'actions en août dernier et mis en place un Régime d'aliénation de titres automatique (RATA).

Ce RATA établi le 15 août permet à 12 hauts dirigeants de Bombardier de se départir de plus de 33 millions d’actions obtenues par l’exercice d’options.

Du début juillet à la fin septembre, près de 18 millions d’options ont été exercées, peut-on lire dans les plus récents états financiers de Bombardier. C’était la première fois en près de cinq ans que des options étaient ainsi converties en actions, a rapporté le «Journal de Montréal» la semaine dernière, en soulignant qu’en vertu d’une dispense, les dirigeants de Bombardier ont jusqu’au 31 mars 2019 pour divulguer les transactions réalisées par l’entreprise du RATA.

Il n’est ainsi pas possible de savoir combien des 18 millions d’options ont été converties en actions avant d’être liquidées dans le cadre du RATA, du 17 au 30 septembre dernier.

Soulignons que l'annonce de l’enquête menée par l’AMF, le 15 novembre dernier, avait refroidi de nombreux investisseurs et provoqué une importante chute du titre de Bombardier, qui avait perdu jusqu'à 20 % de sa valeur.

Dans la même catégorie