/regional/troisrivieres/mauricie

Prime de préavis de licenciement

Victoire partielle pour 200 ex-travailleurs de Kruger-Trois-Rivières

Louis Cloutier | TVA Nouvelles 

Tout indique que les 200 ex-travailleurs de Kruger-Trois-Rivières qui ont perdu leur emploi en mai 2010 pourront finalement toucher leur prime de préavis de licenciement.

Un arbitre du travail vient de leur donner raison, mais en partie seulement. Ceux d'entre eux qui avaient quitté la journée même de la mise à pied, sans être rappelés, auront droit à la pleine prime, c'est-à-dire 12 semaines de salaire soit environ 14 000 $ plus les intérêts courus.

Ceux dont le départ a été décalé de quelques jours ou de quelques semaines verront leur prime réajustée à la baisse en fonction du temps additionnel passé en emploi. Des calculs devront maintenant être faits pour établir la part de chacun.

«Cette mise à pied a été faite progressivement, a expliqué Steve Saint-Pierre, conseiller syndicat d'Unifor. Nous allons devoir évaluer chaque individu. Combien de semaines ont-ils travaillé? À quel moment ont-ils été mis à pied? Il faudra vérifier les sommes d'argent qui leur sont dues plus les intérêts. Il faudra, pour ça, s'asseoir avec l'employeur.»

Le litige entre Kruger et le syndicat de ses travailleurs dure depuis plus de huit ans. À chaque étape - d'abord devant un arbitre du travail puis devant le Tribunal d'appel du travail, la Cour Supérieure, la Cour d'Appel et à nouveau devant un arbitre du travail, les ex-travailleurs ont toujours obtenu gain de cause. Ceux-ci avaient manifesté leur impatience devant l'usine en mai dernier.

La nouvelle décision est bien accueillie même s'il reste encore du travail à faire avant éventuellement de recevoir un chèque et qu'un nouvel appel est toujours possible.

«Il y a des calculs qui vont se faire. Il faut attendre. On ne pense pas que ça va être réglé du jour au lendemain, loin de là. On n'aura pas le chèque pour Noël», a expliqué l'ex-travailleur Yves Forest qui devrait pouvoir empocher la pleine prime.