/regional/estduquebec/gaspesie

Panne historique

Arrivée des renforts aux Îles-de-la-Madeleine

Agence QMI

Les secours ont commencé à arriver aux Îles-de-la-Madeleine vendredi après la violente tempête qui a causé d’importants dommages aux infrastructures de télécommunications et au réseau électrique, jeudi.

Un avion des Forces armées canadiennes transportant plusieurs experts a atterri vers 14 h 30. Le Hercules avait décollé en avant-midi de l’aéroport Saint-Hubert, à Longueuil, avec à son bord du personnel de Bell Canada, d'Hydro-Québec et de divers ministères québécois.

À LIRE ÉGALEMENT

Un HLM des Îles brûle pendant la panne de courant

Les libéraux avaient annoncé réparer ou remplacer les câbles en décembre dernier

Le recours à cet avion avait été demandé par le gouvernement Legault la veille étant donné le sérieux de la situation aux Îles.

«On a constaté que les dégâts étaient peut-être un peu plus gros que ce qu’on a vu initialement; on parle d’érosion sur les berges, on parle de poteaux cassés, a mentionné le porte-parole d’Hydro-Québec Jonathan Côté. C’est clair qu’il y aura beaucoup de travail, mais avec les nouvelles équipes qui vont arriver aujourd’hui et l’équipement supplémentaire, [...] ça va aider au rétablissement.»

Des camions-nacelles d’Hydro-Québec seront aussi envoyés par bateau.

 

Une équipe de reconnaissance d’une dizaine de militaires devant évaluer la situation a aussi été transportée de Saint-Hubert aux Îles-de-la-Madeleine vendredi. Ces militaires resteront sur place tant que leur présence sera requise.

Un autre avion de l’armée devait s'envoler de Saint-Hubert en après-midi avec à son bord du matériel prioritaire pour la reconstruction du réseau électrique, mais n’est finalement pas parti en raison d’un problème technique. Son départ a été reporté à 8 h 30 samedi matin, selon ce que l’Agence QMI a appris.

D'autre part, la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault s'envolera samedi matin pour les Îles-de-la-Madeleine pour faire état de la situation et rencontrer les Forces armées.

Nervosité et résilience

Coupés du monde extérieur pendant de nombreuses et longues heures, les habitants des Îles-de-la-Madeleine ont fait preuve d’une grande résilience, mais ont vécu la situation avec une certaine nervosité, a relaté le maire de la municipalité, Jonathan Lapierre.

Une panne du genre, aussi longue, est une première dans l’histoire moderne, a mentionné M. Lapierre.

«On a connu bien des tempêtes qui ont fait que les avions étaient cloués au sol, que les navires du groupe CTMA ne pouvaient pas avoir accès au continent, mais on a presque toujours eu des communications cellulaires ou internet», a-t-il dit.

Quand on est privé d’électricité, on peut subvenir à nos besoins avec un chauffage d’appoint, une génératrice ou en allant chez de la parenté ou des amis, a soulevé le maire madelinot.

«Être coupé de toute communication électronique ou téléphonique, ça augmente le niveau de stress», a-t-il ajouté.

Il a d’ailleurs salué la résilience des Madelinots pendant cet épisode.

 

Préparés pour trois jours

En habitant à 200 kilomètres du continent, les Madelinots sont préparés à vivre des pannes comme celle survenue jeudi, selon Daniel Dancause, spécialiste en mesures d’urgence.

«L’isolement, dans le cas des Îles-des-Madeleines comme pour la Côte-Nord, comme Havre-Saint-Pierre et comme toute autre région éloignée (...) ils doivent se préparer à être autonomes pendant au moins trois jours», a-t-il dit.