/news/law

Un meurtrier ne digère pas bien son verdict

TVA Nouvelles

Un jeune Montréalais jugé coupable du meurtre de sa petite amie, qui venait de le quitter, digère mal le verdict et demande en appel un acquittement pur et simple.  

• À lire aussi: «Ma fille peut partir tranquille» 

• À lire aussi: Mahautière coupable du meurtre non prémédité de sa petite amie 

• À lire aussi: AUDIO | «J’ai fait quelque chose... j’aurais la prison à vie» 

• À lire aussi: Il tue sa petite amie qui venait de le quitter 

«Le verdict est déraisonnable et non appuyé par la preuve présentée», peut-on lire dans l’avis d’appel déposé par les avocats de Jonathan Mahautière.  

Au début du mois, le jeune homme de 22 ans a été déclaré coupable du meurtre au deuxième degré de Gabrielle Dufresne-Élie, survenu en juin 2014.  

Il a étranglé à mort l’adolescente de 17 ans, dans une chambre de l’hôtel Le Chablis, à Montréal, parce qu’elle venait de lui annoncer la rupture.  

Changer d’avis  

Lors de son plus récent procès, Mahautière avait créé des vagues en annonçant en plein milieu des procédures qu’il souhaitait plaider coupable de meurtre. Il a finalement fait volte-face et, lors des plaidoiries, il a demandé d’être déclaré non criminellement responsable.  

Il tente maintenant d’être tout simplement acquitté ou d’avoir un nouveau procès.  

Pour la mère de Mme Dufresne-Élie, qui a vécu plus de quatre longues années de procédures judiciaires, l’avis d’appel ne change rien.  

«Je sais qu’il est coupable, un jury l’a déclaré coupable, a confié Marlène Dufresne. Depuis le verdict, je me sens mieux, je suis en paix. Quoi qu’il advienne, ça ne changera rien. Mais je continuerai toujours à défendre ma fille.»  

Reproches  

Dans l’avis d’appel, l’avocate de la défense, Marie-Hélène Giroux, fait plusieurs reproches à la juge du procès, dont celui d’avoir déclaré un psychiatre expert pour la Couronne, alors qu’il n’aurait pas dû l’être, selon elle.  

Aucune date d’audience n’a encore été fixée pour entendre l’appel.  

D’ici là, Mahautière reviendra en cour la semaine prochaine, au palais de justice de Montréal, pour recevoir sa sentence.   

Les proches de Gabrielle Dufresne-Élie pourraient alors témoigner sur les conséquences que le meurtre a eues sur eux.

Dans la même catégorie